Category Archives: 2015 ISSUES

All issues of the year

• DECEMBER 2015

As many in the USA seem to be developing an infatuation with the economic ‘know-how’ of European countries, I would like to submit to them this article I have read recently and which discusses the subject at hand. It always helps to put things into perspective especially before making decisions that involve a whole nation and its future. May the text enlighten you and ease your reflections on the matter.


The Poor in the US Are Richer than the Middle Class in Much of Europe

October 16, 2015
In this week’s debate, Bernie Sanders claimed that the United States has the highest rate of childhood poverty. CBS reports that Sanders said: “We should not be the country that has the highest rate of childhood poverty of any major country and more wealth and income inequality than any other country,”

As even CBS notes, according to UNICEF, which is probably the source of Sanders’s factoid, the US has lower childhood poverty rates than Greece, Spain, Mexico, Latvia, and Israel, all of which are OECD countries or regarded as peer countries. The US rate (32.2 percent) is also more or less equal to the rate in Turkey, Romania, Lithuania, and Iceland. See page 8 of this report.

So, while Sanders probably doesn’t even know what he means by “major country” it’s clear that the US is not an outlier among OECD-type countries, even by UNICEF’s own analysis.

We get much more insight, though, once we have a look at what UNICEF means by “poverty rate.” In this case, UNICEF (and many other organizations) measure the poverty rate as a percentage of the national median household income. UNICEF uses 60% of median as the cut off. So, if you’re in Portugal, and your household earns under 60% of the median income in Portugal, you are poor. If you are in the US and you earn under 60% of the US median income, then you are also poor.

The problem here, of course, is that median household incomes — and what they can buy — differs greatly between the US and Portugal. In relation to the cost of living, the median income in the US is much higher than the median income in much of Europe. So, even someone who earns under 60% of the median income in the US will, in many cases, have higher income than someone who earns the median income in, say, Portugal.

Here are all the median incomes (according to the OECD’s household income comparison statistic called “median disposable income.”) When adjusted for purchasing power parity, the statistic allows us to make incomes comparable across countries that use different currencies and have different costs of living. This takes into account taxes, and social benefits paid to households. So, let’s use it to compare (the Y axis is in “international dollars”):

We see immediately that income is higher for US households than most of the other countries. What about that high poverty rate, though? Well, we find that the poverty level in the US is still higher than numerous countries’ median income level:

The green bar is the US income at poverty levels. So, this tells us that a person at 60% of median  income in the US still has a larger income than the median household in Chile, Czech Rep., Greece, Hungary, Portugal, and several others. And the poverty income in the US is very close to matching the median income in Italy, Japan, Spain, and the UK.

Keep in mind that we’re using median income here, and not GDP per capita, which means this isn’t being skewed up by a small number of mega-wealthy households. So while the US may have a rather high poverty rate, we find that being poor in the US is similar to (at least in terms of income) being a median household in many other countries, including the UK and Japan.

So, yes, the US has a higher poverty rate than many other countries, but the standard of living available to a person at poverty levels in the US is higher than it is to a person at poverty levels in places like the UK, Spain, Italy, France, Japan, New Zealand, and others.  Here are all countries at the 60% of the national median:

The relationships between the countries are the same as in the first graph, but the income levels are all lower. But again, here we see that the median incomes for people at poverty levels are higher in the US than in other countries.

Thus, the fact that the US has higher poverty rates says very little about the actual living standards of the poor. The poor have higher incomes in the US in real terms in most cases. The countries that should really give us concern are the countries that have high levels of poverty and low median incomes. In this graph, we see childhood poverty levels (on y axis, according to the UNICEF report) compared with income levels for those below 60% of median (x axis, according to the OECD):

The countries in the top left side of graph — Greece, Mexico, Israel, Spain, Italy, Ireland, UK, and Portugal  — are the ones that have the least to offer the poor. These are countries with low median income and even lower incomes for the poor (of course). Those countries with high incomes — such as the US, Switzerland, Norway, and Australia — have much higher incomes. So while there are more poor in the US (relatively speaking) the incomes of those poor are much higher in the US, and even higher than the median income of other countries in many cases. In other words, even if the poverty rate in Greece were zero percent, all those non-poor median Greek households would be poorer than a US household at the poverty line.

Also, given that the OECD’s measure here attempts to take into account income from social benefits, we can’t just say “well, those European incomes may be lower, but they get more in social benefits.” That is not true for these numbers. Social benefits included, Americans have higher incomes at both the median level and at the poverty level, when compared to most other countries.

This further illustrates the problem with speaking about poverty in terms of percentages of the median or as a percentage of total wealth. These comparisons are used to highlight inequality, but the fact is that the US (which has more inequality) offers higher incomes for those at poverty level. Is it better to be equal in Portugal or unequal in the US? One can be “equal” in Portugal, but it will mean a standard of living well below that which can be attained in the US at poverty levels.

Note on the OECD numbers: the median disposable-income numbers are found here at the OECD stats web site.  They are then divided by the PPP conversion factor for private consumption found here. Wikipedia has also already done this calculation and listed the values here.

It’s difficult to find median income numbers that can be compared across different countries, but for a second source, we can consult the Gallup survey data. Gallup has compiled its own data on median incomes based on self-reported household income from all sources. So, theoretically, this would include social benefits payments as well. The numbers here are higher than the OECD numbers because they do not appear to take into account the impact of taxes. So, without taxes factored in, the high-tax Scandinavian countries, for example, look wealthier in this comparison than they do in the OECD comparison. Nevertheless, there are some similarities overall:

In this case, the US median income is still higher than most countries in the group, but while the US ranked 4th place in the OECD survey, it ranks 6th place here. (Switzerland, oddly, is not included in the Gallup survey.)

If we reduce the US to 60% of its median level, and leave the rest alone, we find that the US, at poverty level, still comes in above or roughly equal to 15 other countries in the group. So, by this measure too, the poverty level in the US beats the median level in numerous European countries.

Photo source

SOURCE: Mises Institute – Austrian Economics, Freedom, & Peace


Click on the images and links to find out what our grapevine holds…

Joseph Boulogne, Chevalier de Saint-George (December 25, 1745 – June 10, 1799) also known as “Le Mozart Noir” or “the black Mozart” was the first black man to lead France’s most important orchestras. A composer, conductor and violin virtuoso, Chevalier de Saint-George was born to a Senegalese slave and a French colonialist in the French-Caribbean island of Guadeloupe and moved to France at the age of 8. READ MORE by clicking on picture.
MOZART NOIR
CLICK ON PICTURE TO LISTEN TO THE MUSIC OF BLACK MOZART.

prejuges


Apple, Google, and Facebook have announced they are investing billions of dollars in new technology that promises to unleash a massive supply of fuel. Enough fuel, in fact, to power the entire globe for over 36,000 years.

Apple, Google, and Facebook have announced they are investing billions of dollars in new technology that promises to unleash a massive supply of fuel.
Enough fuel, in fact, to power the entire globe for over 36,000 years.

 


The FBI agency ran a record 185,345 background checks on Friday, about 5 percent more than the amount processed through the National Instant Criminal Background Check System on that day in 2014, a figure that is seen as a strong indicator of how many guns were sold, The Associated Press reported.
The FBI agency ran a record 185,345 background checks on Friday, about 5 percent more than the amount processed through the National Instant Criminal Background Check System on that day in 2014, a figure that is seen as a strong indicator of how many guns were sold, The Associated Press reported.

DEC 2015 - GRAPEVINE 17


IVM is an experimental fertility treatment that collects and matures a woman’s eggs in a lab. Although the treatment is used in conjunction with IVF, the initial process isn’t the same.
IVM is an experimental fertility treatment that collects and matures a woman’s eggs in a lab. Although the treatment is used in conjunction with IVF, the initial process isn’t the same.

A stunning breakthrough in chemical engineering has unleashed a massive supply of fuel... Enough fuel, in fact, to power the entire globe for over 36,000 years.
A stunning breakthrough in chemical engineering has unleashed a massive supply of fuel…
Enough fuel, in fact, to power the entire globe for over 36,000 years.

The Dervaes family live on 1/10th of an acre 15 minutes from downtown L.A.. In itself that’s not strange. What’s crazy is that they manage to maintain a sustainable and independent urban farm. Complete with animals! In a year they produce around 4,300 pounds of veggies, 900 chicken , 1000 duck eggs, 25 lbs honey, and pounds of seasonal fruit. There are over 400 species of plants. What?! They have everything they need to ‘live off the land.’ From beets to bees. Chickens to chickpeas.
The Dervaes family live on 1/10th of an acre 15 minutes from downtown L.A.. In itself that’s not strange. What’s crazy is that they manage to maintain a sustainable and independent urban farm. Complete with animals!
In a year they produce around 4,300 pounds of veggies, 900 chicken , 1000 duck eggs, 25 lbs honey, and pounds of seasonal fruit. There are over 400 species of plants. What?! They have everything they need to ‘live off the land.’ From beets to bees. Chickens to chickpeas.

Occasional research on the topic Government Waste is listed below. READ MORE by clicking on picture.


Emotional intelligence (EQ or EI) is a term used to describe the ability of an individual to recognize their own and other people’s emotions, to discriminate between different feelings and label them appropriately, and to use emotional information to guide ones own thinking and behavior.
In laymen’s terms, it’s the ability to feel and empathise with other peoples emotions, not just your own. READ MORE by clicking on picture.

Florida’s rebounding crocodile population came face to face with civilization over the weekend when a dog chasing birds on the manicured greens of a Key Biscayne golf course was mauled and killed by one of the reclusive reptiles.
Florida’s rebounding crocodile population came face to face with civilization over the weekend when a dog chasing birds on the manicured greens of a Key Biscayne golf course was mauled and killed by one of the reclusive reptiles. READ MORE by clicking on picture.

 


DEC 2015 - GRAPEVINE 09
READ MORE by clicking on picture.

DEC 2015 - GRAPEVINE 11
READ MORE by clicking on picture.

DEC 2015 - GRAPEVINE 12
READ MORE by clicking on picture.

DEC 2015 - GRAPEVINE 04
READ MORE by clicking on picture.

Dans le cadre de l'état d'urgence instauré après les attentats parisiens du 13 novembre et de la COP21 qui dure jusqu'au 11 décembre, "des mesures exceptionnelles de circulation ont été prises afin d'assurer la sécurité des chefs d'Etat participants", rappelle la PP.
READ MORE by clicking on picture.

Dans le cadre de l’état d’urgence instauré après les attentats parisiens du 13 novembre et de la COP21 qui dure jusqu’au 11 décembre, “des mesures exceptionnelles de circulation ont été prises afin d’assurer la sécurité des chefs d’Etat participants”, rappelle la PP.   READ MORE by clicking on picture.

Society seems increasingly chaotic, self-centered, and confused. Would we see some of this confusion resolve itself if we began training the next generation to focus less on themselves and their own comforts, and once again seek to provide grace and service to others? READ MORE by clicking on picture.


Click on the pictures to access the articles.


LES CAMPS DE LA HONTE par Georges Valmé

D’après mes informations au centre de santé d’Anse-à-Pitre, en date du 14 Décembre, 2015; 22 cas de décès de choléra dans les camps de réfugiés.

Des centaines pour ne pas dire des milliers de varis réfugiés existent dans ces camps mais aussi, il faut avouer que certains dans ces camps ne sont pas des réfugiés.

Un individu travaillant dans ces camps m’a confié que quand ils ont appris que La Première Dame de la République aussi bien que le Premier Ministre allaient venir visiter les camps, que eux aussi ont vite couru pour établir des tentes de fortune au cas où (YOUN KOB PRAL TOMBE), ils en profiteraient aussi pour dévaliser l’Etat Haïtien de quelques milliers de Gourdes. Des vrais salauds qui veulent s’enrichir sur le dos et la misère des vrais réfugiés  et ce n’est pas tout.

Malheureusement pour une famille d’abolocho réfugiés, 3 ont trouvé la mort avec le choléra, le père et 2 des enfants, seul la mère a été sauvée.

L’’Etat Haïtien avait fait son travail afin de faciliter les réfugiés à regagner leur famille mais dans la médiocrité. 10,000 GDS a été verse Par l’Etat Haïtien afin de rapatrier chaque famille de réfugiés mais d’après les témoignages reçus, seulement 3,000 GDS ont été reçus par le chauffeur qui devrait les rapatrier par camion, les autres 7,000 GDS ont été empoché par un corrompu et nul ne pouvait citer son nom car les réfugiés ne l’ont jamais rencontré.

Le chauffeur qui devrait ramener certains de ces réfugiés a empoché beaucoup de 3,000 gdes. et a abandonné les réfugiés à Thiotte en leur disant que l’argent n’était pas suffisant et le résultat est que ces réfugiés ont remboursé chemin à pieds et sont retourné dans les camps.

Jusqu’à notre arrivée, du chlore était fourni aux réfugiés pour lutter contre le choléra et certains ont établis leur petits affaires de vente d’eau pour continuer à se procurer de l’argent sur le dos des réfugiés. Les plantes et les animaux ne sont pas susceptibles de stocker le chlore. Cependant des études en laboratoire ont montré que l’exposition répétée au chlore dans l’air peut affecter le système immunitaire, le sang, le cœur et le système respiratoire des animaux.

Le chlore provoque des dommages environnementaux à des concentrations faibles. Le chlore est spécialement nocif pour les organismes vivant dans l’eau et le sol aussi bien que pour l’être humain qui en absorbe constamment avec des fortes doses.

Vous qui lisez ceci, je vais y retourner bientôt pour continuer le travail et je vous exhorte à ne plus taire la voix de votre conscience. On s’est bien goinfré pendant la Thanksgiving, on va encore s’empiffrer pour Noël et le nouvel An avec des cadeaux, etc. pendant que nos frères haïtiens mangent de la poussière et meurent dans la misère et la honte.

Le pire est de vous voir aller tous à l’église, prier Dieu tout en ayant des cœurs en pierre et complètement indifférent à la misère des autres. Sachez que la vie est une roue qui tourne, en 1942 des milliers de Japonais se sont retrouvé dans les camps de concentrations aux USA pendant la guerre parce qu’ils étaient Japonais et tous ils étaient des innocents et je préfère de ne pas en parler des camps de concentrations Allemands où 6 millions ont été assassinés et tous parce qu’ils étaient des juifs.

Aujourd’hui, Haïti, n’étant pas en guerre, se retrouve avec des camps de réfugiés parce qu’ils sont noirs et d’origine Haïtienne et tous dans la diaspora, ouvrez vos yeux, même si vous avez un passeport américain, canadien, français, mexicain, etc. même minimes, vos chances d’aboutir dans un camp comme celle ci existe.

Ce n’est que le commencement de ce que j’ai vu et à vous raconteur avec preuves à l’appui car pendant mon séjour, des journalistes allemands étaient présents avec leur camera coûtant $10,000 à filmer et à documenter mais pas un seul journaliste haïtien n’y était.

Je vous convie bien humblement à contribuer à cette démarche qui nous regarde tous en tant qu’êtres humains qui apprécient et considèrent cette chose sacrée qu’est  la vie.

https://www.gofundme.com/stopsargasseshaiti


SAK PASE, AYITI 15

 

SAK PASE, AYITI 08
Le 10 à 5h30 – Messe d’actions de grâce, Chapelle Divine Miséricorde               Le 11 à 4h30 – Défilé des équipes du Collège St. Pierre au Stadium Vincent     Le 12 – Début du Tournoi, Coupe Brigitte Desroches                                                 Le 13 – Semi-finale & Finale, Remise de Trophées

 

 


Ce lundi 30 novembre 2015 est pluvieux sur une bonne partie d’Haïti. En plus de la pluie, certaines localités du pays auraient reçues de la grêle.
Ce lundi 30 novembre 2015 est pluvieux sur une bonne partie d’Haïti. En plus de la pluie, certaines localités du pays auraient reçues de la grêle.

Un décret. Une vertu. Celle de réactiver des dispositions constitutionnelles pour remobiliser les Forces armées d’Haïti. Pour rassurer, Lener Renaud, ministre de la Défense, soutient que les FAD’H nouvelle version embrasseront la modernité, tourneront le dos à la répression et se mettront, avec des jeunes, des universitaires, au service d’une Haïti qui a besoin d’assumer ses responsabilités, sans compter sur l’international.
Un décret. Une vertu. Celle de réactiver des dispositions constitutionnelles pour remobiliser les Forces armées d’Haïti. Pour rassurer, Lener Renaud, ministre de la Défense, soutient que les FAD’H nouvelle version embrasseront la modernité, tourneront le dos à la répression et se mettront, avec des jeunes, des universitaires, au service d’une Haïti qui a besoin d’assumer ses responsabilités, sans compter sur l’international.

Un informe del Observatorio Empresarial de la Universidad del Rosario revela que las economías de Colombia (2,8%), México (2,6%), Perú (2,6%), Chile (2,5%) y Uruguay (2,3%), tendrán un crecimiento intermedio en la región, superadas por Haití (3,2%), Paraguay (3,2%), Costa Rica (3,1%) y Honduras (2,9%), indica el informe Cierre de las Economías de América Latina y el Caribe para 2015. - Pour plus amples details, voir: http://www.elcolombiano.com/colombia-es-superada-en-su-economia-por-haiti-segun-universidad-del-rosario-JY3203830
Un informe del Observatorio Empresarial de la Universidad del Rosario revela que las economías de Colombia (2,8%), México (2,6%), Perú (2,6%), Chile (2,5%) y Uruguay (2,3%), tendrán un crecimiento intermedio en la región, superadas por Haití (3,2%), Paraguay (3,2%), Costa Rica (3,1%) y Honduras (2,9%), indica el informe Cierre de las Economías de América Latina y el Caribe para 2015. – Pour plus amples details, voir: http://www.elcolombiano.com/colombia-es-superada-en-su-economia-por-haiti-segun-universidad-del-rosario-JY3203830

Kosto Cadet used the engine of a 125cc motorcycle to power his car and put a full one year to finish building it because he did not have the means to acquire the material he needed to complete the endeavor. but he said he could make one in about two months if he had the means and the material.
Kosto Cadet used the engine of a 125cc motorcycle to power his car and put a full one year to finish building it because he did not have the means to acquire the material he needed to complete the endeavor. but he said he could make one in about two months if he had the means and the material.

Jovenel Moïse - Mwen vle vin prezidan'w paske mwen konn kouman pou'm mete tè a, solèy la, moun yo ak rivyè yo ansanm pou mwen fè'w jwenn yon lavi miyò.
Jovenel Moïse – Mwen vle vin prezidan’w paske mwen konn kouman pou’m mete tè a, solèy la, moun yo ak rivyè yo ansanm pou mwen fè’w jwenn yon lavi miyò.
Lancé en 1997 sous le président René Préval avant d’être finalement inauguré en 2003 sous Aristide, l’ONA-Ville (nom du projet de logements sociaux de l’ONA) a été jusque-là un fiasco. Un protocole d’entente a été signé entre l’Etat haïtien et l’ONA pour l’acquisition des 90 unités de logement qui ont été réhabilitées. Elles sont désormais destinées aux policiers.
Lancé en 1997 sous le président René Préval avant d’être finalement inauguré en 2003 sous Aristide, l’ONA-Ville (nom du projet de logements sociaux de l’ONA) a été jusque-là un fiasco. Un protocole d’entente a été signé entre l’Etat haïtien et l’ONA pour l’acquisition des 90 unités de logement qui ont été réhabilitées. Elles sont désormais destinées aux policiers.

SAK PASE, AYITI 02


• NOVEMBER 2015

a much talented painter, sculptor & portraitist

In the words of the artist from his official website:

PATRICK NOZE 00“… as you venture into my world of art, you will find subject matters that intrigue  your  imagination . My goal is to emphasize the Haitian culture and touch the heart of the world through visual imagery of its culture .  I do not restrict my artistic abilities, I have a wide range of styles. I have chosen to concentrate in the positive aspects of the Haitian culture because I  can identify better with the Haitian Struggle.   I am a Haitian artist educated in America, yet I still maintain the richness of the artistic techniques of Haiti. The brilliance of the colors   adapted in a different  style  One  will find correctness of anatomy and perception of dept , that differs my work from naïf paintings.   My style  defines  the apply artistic theories of a Haitian Artist educated in America.  My style represent a renaissance version of Haitian art. I welcome you to my world of art.”


Artists biography


Artists Work Samples
Click here to see more artwork

 

 


Artists Contact Info
Click here to find out more
6008 Raleigh Street # 2305
Orlando, Florida 32835
407-953-0200

 

The artist’s work is featured on the front page of this issue of Coucou Magazine. Click here to see it.


 


These books were carefully selected for your edification and to commemorate the Battle of Vertières on November 18, one which was decisive to the independence of Haiti. Please enjoy and make your own suggestions to contribute to this collection.

IDEE DE LECTURE 02 IDEE DE LECTURE 03IDEE DE LECTURE 01


IDEE DE LECTURE 04 IDEE DE LECTURE 05IDEE DE LECTURE 06


IDEE DE LECTURE 07 IDEE DE LECTURE 08 IDEE DE LECTURE 09


IDEE DE LECTURE 10 IDEE DE LECTURE 11 IDEE DE LECTURE 12


IDEE DE LECTURE 13 IDEE DE LECTURE 14 IDEE DE LECTURE 15


IDEE DE LECTURE 17 IDEE DE LECTURE 18IDEE DE LECTURE 16.



articles & chronicles


Here are the recent news from Haiti. Click on the pictures in order to access the articles.


France on Tuesday rejected a petition calling for it to pay $17 billion to help with Haiti earthquake reconstruction as a way to make amends for fees charged Haiti by the French crown 200 years ago.
France on Tuesday rejected a petition calling for it to pay $17 billion to help with Haiti earthquake reconstruction as a way to make amends for fees charged Haiti by the French crown 200 years ago.

 


HaitianLivesMatter
Au nom de cette communauté en détresse, MERCI à tous ceux qui y ont signé la pétition et continuent de le faire.

Pourquoi le mot Vertières n'est pas dans le dictionnaire français?
Pourquoi le mot Vertières n’est pas dans le dictionnaire français?

SAK PASE, AYITI CHERI 10


SAK PASE, AYITI CHERI 09


SAK PASE, AYITI CHERI 08


SA KAP PASE AYITI CHERI 06


SA KAP PASE BÒ LAKAY 04


SA KAP PASE BÒ LAKAY 03


SA KAP PASE BÒ LAKAY 02
CLICKHERETOREAD MORE.

SA KAP PASE BÒ LAKAY 01
CLICKHERETOREAD MORE.


Click on the images and links to find out what our grapevine holds…


«Notre pays, la France, fut attaquée par de multiples attentats terroristes revendiqués par vous, l’État islamique. Ces attentats ne peuvent pas rester impunis. C’est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer. Oui, vous les vermines qui tuent les pauvres innocents. Oui, nous allons vous traquer, comme nous avons pu le faire depuis les attentats de Charlie Hebdo», dit le personnage masqué d’une voix robotisée.
«Notre pays, la France, fut attaquée par de multiples attentats terroristes revendiqués par vous, l’État islamique. Ces attentats ne peuvent pas rester impunis. C’est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer. Oui, vous les vermines qui tuent les pauvres innocents. Oui, nous allons vous traquer, comme nous avons pu le faire depuis les attentats de Charlie Hebdo», dit le personnage masqué d’une voix robotisée.

THROUGH THE GRAPEVINE 12


THROUGH THE GRAPEVINE 09
Gorgeous young Brandi Weaver-Gates, 23, wins a Pennsylvania beauty pageant while fighting leukemia… Except that one of the things in that last sentence isn’t true. CLICK HERE TO READ MORE.
THROUGH THE GRAPEVINE 10
Santa Claus — a nuisance? Whoever would have thought? CLICK HERE TO READ MORE.

Publié par wikistrike.com sur 7 Mars 2015, 09:08am

Un drone pourrait planter un milliard d’arbres par an

Planter un milliard d’arbres grâce à des drones : c’est le pari fou entrepris par Lauren Fletcher, un ex-ingénieur de la NASA.

C’est un drone capable d’abord de survoler un terrain, d’évaluer la nature du sol et de voir le meilleur emplacement pour planter. Ensuite, ce drone “chef” est suivi par d’autres petits drones qui, eux, vont semer des arbres.

Ils sont équipés de canons à air comprimé capables de projeter à des endroits précis des graines germées entourées d’un gel nutritif. Ils bombardent le sol. La graine s’enfonce et finit, si tout va bien, par donner naissance à un arbre.

Cet escadron de drones doit permettre de planter à un rythme industriel, pour lutter contre la déforestation. On estime que 26 milliards d’arbres sont coupés ou brûlés par an sur la planète.

36.000 graines par jour

Pour replanter, c’est un travail énorme. Il faut des bras, beaucoup d’humains. Il y a des programmes en Afrique, mais les moyens ne sont pas suffisants. Seuls les Chinois sont capables, avec une énorme main d’oeuvre et du matériel efficace, de planter rapidement des millions d’arbres.

C’est Lauren Fletcher, un ancien ingénieur de la NASA, qui a mis au point ces drones. Grâce à ses robots volants, il compte semer jusqu’à 36.000 graines par jour, y compris dans des terrains difficiles d’accès. Il a créé sa société et va commencer ses premiers bombardements écologiques cette année au Brésil et en Afrique du Sud.

 Source: Wikistrike


THROUGH THE GRAPEVINE 04
When planted, the tree seed is nourished by and absorbs the nutrients from the ashes of your body which are contained inside. The urn itself is made from coconut shell and contains compacted peat and cellulose. The ashes are mixed with this, and the seed placed inside. You can even choose which type of tree you’d like to grow! Once your remains have been placed into the urn, it can be planted and then the seed germinates and begins to grow. You even have the choice to pick the type of plant you would like to become, depending on what kind of planting space you prefer. We now have the option of turning cemeteries into forests, which is a little bit less traditional but is far more practical. This could be a great way to help sustain the environment, contribute to the well-being of the ecosystem, and to know that the remains of your loved ones will live on through the beautiful expression of nature. So which would you prefer; leaving behind a tree or a tombstone? CLICK HERE TO READ MORE.

THROUGH THE GRAPEVINE 03
Sex with a humanoid robot will become common practice by 2025, even overtaking sex between humans, says futurologist Ian Pearson. His report on the future of sex has been published in partnership with Bondara, one of UK’s leading sex toy shops. By 2030 virtual sex will become as casual as browsing porn websites and by 2035 many will have toys that interact with virtual reality, according to the report. In fact, high-income groups could begin to use some forms of robot sex as early as 2025, before the practice overtakes sex between humans fully by 2050. Initially, people will find it difficult to adjust to this new sex activity but will eventually become used to it, just as they embraced porn, says Pearson. When the look and feel of robots improve, people’s opinion will also change, he added. “A lot of people will still have reservations about sex with robots at first but gradually as they get used to them, as the AI and mechanical behaviour and their feel improves, and they start to become friends with strong emotional bonds, that squeamishness will gradually evaporate, While some people will enthusiastically embrace relationship-free robot sex as soon as they can afford one, as early as 2025, it won’t have much chance of overtaking sex with humans overall until 2050.” said Pearson

THROUGH THE GRAPEVINE 07


• OCTOBER 2015

Les Variétés de Sabine

Sabine Jean Jacques is an accomplished event planner/producer who has built a name for herself and her company, Les Variétés de Sabine, in the Haitian Event Industry officially a year ago. Sabine has over fifteen years of personal experience way before attending professional classes in Long Island N.Y. from 2008 to 2009. Now, she is recognized as one of the top Haitian planners in South Florida.

VARIETES DE SABINE 00Sabine’s gifts of organization, attention to details, creative imagination, concept design and contagious enthusiasm have earned her a reputation for unparalleled excellence as an event planner and designer. Sabine will execute your concepts flawlessly while maintaining a pleasant, calm and helpful demeanor to ensure an amazing experience for you and your guests.

Sabine has acquired a love for planning weddings, parties and sometimes organizes and promotes her own public event. Special events are a lot like staging an interior of a room, both involve a great deal of planning and creating, both involve the pressure to impress, and if something happens, you need to be able to improvise and come up with solutions. Sabine takes pleasure and pride in the fact that each wedding and event produced by Les Variétés de Sabine is unique and customized to the clients’ expressed tastes and desires.


This slideshow requires JavaScript.


Contact Information:
  • SABINE JEAN JACQUES, Owner & Public Relations
  • REGINALD DELALEU, Marketing & Public Relations

VARIETY 38


YON DEGI KI PA RET AK DEGI

This slideshow requires JavaScript.


Is there any pride left in being responsible for ourselves rather than depend on others to sustain us like parasites?

The dream is not so impossible when others have realized it before us. If there is one thing we don’t have to be ashamed to grab and emulate, it is the wonderful examples that spring around us every day.  

No physical handicap should keep us from flying high; the role-models are numerous there as well.

Then, let’s get rid of the hang-ups that tie us and be the whole persons we were meant to be.


Top 10 Rags-To-Riches Success Stories Of All Time

They say when life gives you lemons, make lemonade. These inspiring figures had less than a lemon to start out with – and are now known for their sheer tenacity as they climbed to the top.

1. Henry Ford

Henry Ford - Image Credit: hemmings (dot) com
Henry Ford – Image Credit: hemmings (dot) com

Henry Ford was a farm boy who went on to revolutionize transportation industry in America. Ford was very interested in mechanics from a young age, when he dismantled and reassembled a pocket watch at the age of 15 his father had given him. A self-taught watch repairman who graduated to being an apprentice machinist, Ford started his personal experiments on gasoline engines which was the beginning of his vast Ford empire. And his net worth, as per Forbes in 2008, is a cool $188.1 billion.

2. Walt Disney

Image Credit: expansiveperspective (dot) com
Image Credit: expansiveperspective (dot) com

Our childhood would have been dreary without this genius of a man. Walt Disney was also another boy brought up in a farm – and used to draw pictures for his neighbors for money. He used to be the cartoonist for the school newspaper, Disney went through the jobless phase where no one hired him, and his brother had to help him out with his job search. He went from rags to riches by starting out with advertisements and going on to animating his own cartoons.

3. Ralph Lauren

Image Credit: crainsnewyork (dot) com
Image Credit: crainsnewyork (dot) com

Born in a strict Jewish family with a house painter for a father, Ralph Lauren grew up with big dreams. He used to sell ties to his classmates to earn some cash, and he mentioned in his yearbook that he wanted to be a millionaire. His interest in ties went on help his put his foot through the door of bigger achievements in the fashion world. When he was signed on to design the clothes for ‘The Great Gatsby’ in 1974, he was catapulted into the fame which he commands today.

4. Steve Jobs

Image Credit: iphonelovers (dot) com
Image Credit: iphonelovers (dot) com

This Apple founder is now a household name. Jobs was given away for adoption by his biological parents and he became interested in electronics after his foster dad showed him the joys of technical tinkering in their garage. He had to drop out of college, because his education was costing his foster parents a lot. He used to return Coke bottles for money and live on free meals at the Hare Krishna temple. A hippie who used to trip on LSD, Jobs went from a technician in Atari, Inc. to becoming the CEO of Apple Inc.

5. Richard Branson

Image Credit: flightdeckindia (dot) blogspot (dot) com
Image Credit: flightdeckindia (dot) blogspot (dot) com

Branson went from being a dyslexic kid who performed badly in school to a British business magnate with a net worth of 4.6 billion. There was a time when Richard Branson started his record business from the crypt of a church – and now he is the fourth richest citizen of the UK. This entrepreneur is an example of how one can be eccentric and yet rake in the moolah. He had his finger in many pies – record label, airways and telecom.

6. John Paul DeJoria

Image Credit: youtube (dot) com
Image Credit: youtube (dot) com

Born to Italian and Greek immigrant parents, this billionaire had to sell newspapers when he was nine to support his family. He has lived in a foster home, been part of a street gang and jumped through a number of jobs. With a loan of $700, he began what is now known the world over as the Paul Mitchell line of hair products. He went on to own 70% of The Patron Spirits Company, the world’s ultra-premium tequila brand. If this is not a rags-to-riches story, we do not know what is.

7. Oprah Winfrey

Image Credit: freeonlineserver (dot) com
Image Credit: freeonlineserver (dot) com

Born to a housemaid and a coalminer, Oprah definitely did not grow in the lap of luxury. Living the life of poverty, where she used to have to wear dresses made out of potato sacks and was molested by relatives. She entered the world of media after getting the job of a news-reader in a local black radio station. After she got her first talk-show in Chicago, there was no looking back for this TV personality.

8. J.K. Rowling

Image Credit: brothersoft (dot) com
Image Credit: brothersoft (dot) com

Born in a lowly English family, Rowling battled depression, suicidal tendencies and poverty to become one of the most loved British authors in the world for her hugely popular Harry Potter series. Highly imaginative as a kid who thrived on stories, she drew from her surroundings and the people in her life as inspirations for the books which have now become one of the biggest movie franchises. From her humble beginnings, she has gone on to become one of the most powerful women in the United Kingdom.

9. Daymond John

Image Credit: bemagazine (dot) me
Image Credit: bemagazine (dot) me

A black boy growing up in Queens – one would not have pegged John as a potential entrepreneur who would go on to become the CEO of the hip-hop clothing brand FUBU. But that he did, with an entrepreneurial instinct that he honed from his school days. Selling popular wool hats at half their market price, he mortgaged their house for future business expansion. It paid off well – and he now is one of the most influential motivational speakers in America.

10. Chris Gardner

Editorial 10
Image Credit: bancaynegocios (dot) com

This is the man whose life has inspired the Will Smith-starrer ‘The Pursuit of Happyness’. Physically abused by his stepfather as a child and placed in a foster home, Gardner’s woes did not leave him even as he grew up to marry and be a father. As shown in the movie, Gardner struggled with homelessness while raising his kid. It was the strength of the lessons he learnt from his mother that he went from rags to riches by tenaciously building himself to be the CEO

There is no disadvantage these personalities did not suffer on their journey from birth to where they stand today – but sheer tenacity, confidence and hard work led them to the inspiring figures they are today.

 


SOURCE: MensXP

Click on the images and links to find out what our grapevine holds…


THROUGH THE GRAPEVINE 10


THROUGH THE GRAPEVINE 09


THROUGH THE GRAPEVINE 01


THROUGH THE GRAPEVINE 02 THROUGH THE GRAPEVINE 03 THROUGH THE GRAPEVINE 04 THROUGH THE GRAPEVINE 05 THROUGH THE GRAPEVINE 06


THROUGH THE GRAPEVINE 01

THROUGH THE GRAPEVINE 08

“L’initiatrice” de Margaret Papillon

Résumé:

Haïti, années 1970-1980 – Thierry Brouard est un adolescent qui, à dix-sept ans, a gardé encore toute son innocence ; ce que son père, Peter Brouard, a du mal à digérer. En effet, ce dernier, dans sa tête de macho invétéré, trouve le fait absolument inadmissible. En général, dès que ses fils atteignent l’âge de 15 ans, il prend l’initiative de conduire ceux-ci dans des maisons closes pour les dégourdir, les déniaiser, comme il aime à le répéter. C’est ainsi qu’il avait toujours procédé pour ses aînés, poursuivant ainsi une longue tradition familiale vieille d’un bon demi-siècle.

Mais, pour le benjamin, le refus de ce rituel est total, car il est follement amoureux de Christelle, sa girlfriend, belle comme le jour, et ne rêve, secrètement, que de perdre sa pureté dans ses bras.

Suzanne Brouard, sa mère, appuie pleinement la position de son fiston, au grand dam de son mari.
Pour contourner le problème et vaincre les réticences de son rejeton, Peter Brouard, exaspéré par l’attitude jugée peu virile de son fils, fait venir de province, Louloune, une jeune fille en fleur, de condition modeste, à qui il confie la lourde tâche d’ouvrir à Thierry, le réfractaire, le monde merveilleux de la volupté charnelle.
Mais, comment Louloune allait-elle s’y prendre pour accomplir ce tour de force alors qu’elle-même était à peine nubile ?
Ces adolescents, vivant dans une Haïti au temps de la dictature du patriarcat, où le machisme faisait loi, s’en sortiront-ils ?L’initiatrice, une histoire magistrale sur l’adolescence où les sentiments nobles occupent leur vraie place. La grandeur d’âme s’étale ici dans toute sa dimension la plus humaniste.L’initiatrice, une œuvre aussi sur l’amour et l’amitié. Une chronique pleine de minis drames, mais non moins… farcie de petits bonheurs… qui deviendront… grands.

IDEE DE LECTURE 00



• SEPTEMBER 2015

Ayiti pap peri!

Ayiti pap peri


AYITI PAP PERI


AYITI PAP PERI 02


AYITI PAP PERI 03


Former street child of Haiti returns to help others


LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE

LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE
LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE

Eh oui, il existe et à partir du mois de septembre 2015, vous allez avoir des bonnes nouvelles de la paysannerie. 

Deux ans d’organisations, d’éducation et d’enseignement… tous ne sont pas encore touches mais ceux qui ont été infectés par les connaissances sur la production ont compris et le mettent en application.

La période d’exploitation du paysan Haïtien est terminée. Maintenant, on a des paysans partenaires, des paysans qui participent au profit monétaire, éducatif, supporté et qui n’auront plus à se soucier de revenues et de perte des 40% de leurs récoltes.

 Il y a encore beaucoup à faire: éradiquer la coupe des arbres, créer des réservoirs d’eau pour l’irrigation, fabriquer des engrais naturels, propager des fours écologiques, finalement rendre la paysannerie propre physiquement et mentalement car elle est le dernier rempart de la nation haïtienne.

 Production de farines, d’huiles végétales, fabrication de réchauds améliorés, briquettes, huiles exotiques, poulaillers, exploitation de nos énergies naturelles comme les sources et les stations hydro micro électriques, les fatras municipaux et les déchets agricoles, la génération d’électricité à partir des huiles végétales, etc. Çà c’est notre politique afin de devenir libre réellement, faire face à l’importation et réduire l’insécurité alimentaire. 

Une chose est certaine et prenez bien note tous, je n’ai pas le temps et le luxe pour les discours et les rencontres interminables à soumettre des plans à la con dont l’issue est d’aboutir dans un tiroir, comme pour le projet de Bernard Gousse de la Grande Anse après avoir fait des promesses au peuple haïtien. Je suis un homme de terrain, un soldat, un guerrier et c’est uniquement sur le champ de bataille que je gagne mes guerres et mes galons.

Curieux, hâbleurs, opportunistes, politiques et corrompus, ne perdez pas votre temps. Restez loin de moi. Même quand je pense être un bon ange, amis, ce bon ange peut se transformer et devenir le cauchemar du diable que nul ne voudrait en faire connaissance. Parfois, il est beaucoup plus sage de ne pas réveiller ce diable qui vit en chacun de nous.


AYITI PAP PERI 04



AYITI PAP PERI 02


AYITI PAP PERI 01


poesie engagee


AYITI PAP PERI 05


AYITI PAP PERI 01


VOUS AVEZ PEUR DE QUOI?

GEORGES VALME – 29 juin 2015

  • Qu’on manque de nourriture?

-On en manque déjà avec 3.5 millions en insécurité alimentaire plus 300,000 et peut être encore plus qui arrivent.

  •  Qu’on envahisse Haïti?

-On est déjà occupé.

  •  Qu’on ne puisse produire?

-On ne produit rien du tout déjà.

  •  Que nos infrastructures soient détruites?

-Le tremblement de terre s’en est chargé et on continue à construire toujours comme des cons.

  • Que nos cousins se fâchent et ne nous vendent plus de quoi manger?

-On n’en a rien à foutre. Ils vendent de la merde de toute façon et d’autres pays existent qui seront très contents d’avoir les achats des haïtiens et n’attendent que cela.

  •  Que nos dirigeants ne réagissent pas?

-On en a l’habitude et ils ont peur d’une explosion sociale s’il n’y a pas assez de quoi nourrir le peuple. Mais rassurez-vous; cela ne se produira pas pour plusieurs raisons.

  • Qu’on meure?

-Eh bien, on ne meure qu’une fois et j’ajouterai que mieux vaut que nous les Haïtiens vivent la tête haute en produisant dans la paix et mourir au lieu d’être humiliés, manipulés pour mourir par la suite. A vous de réfléchir comment vous voulez vivre et mourir, dirigeants et peuple. Il est encore possible d’avoir une fierté nationale. Je suis présent pour le vivre avec vous…

AYITI PAP PERI 02



AYITI PAP PERI 03
«Prezidan an derespekte tèt li ak tout peyi a vandredi sa ki sot pase la, men se pa li sèlman ki derespekte peyi a, se nou tout. Nou vinn pran Ayiti pou yon espas de tranzisyon, nou pa konsidere’l tankou lakay nou vre. Chak grenn moun chache ti enterè pa’l lan epi depi zafè’n regle pwoblèm pa vwazen nou, frè nou, sè nou yo pa enterese’n… M swete yon jou nou tout (mwen menm tou) n’ap konprann ke Ayiti pa yon pak kochon kote nou ka fè sa nou vle, jann vle, kote nou vle, lè nou pito. Li lè li tan pou nou konsidere teritwa sa tankou yon peyi, yon nasyon, li lè li tan pou nou pran wòl sitwayen nou.»

Un message très puissant se dégage de cette note. Espérons qu’il sera reçu dans le même esprit qu’il a été émis.  Ce que j’apprécie dans cet article c’est que l’auteur ne pointe du doigt personne en particulier (Les apparences étant souvent trompeuses) mais nous force à un examen de conscience individuelle afin d’éveiller notre sens patriotique envers notre pays.


 UNE FEMME D’ACTION

HAITI PAP PERI 01Un simple coup de téléphone et une dame s’annonce: «Bonjour Monsieur Valmé, je voudrais vous rencontrer et je suis en route pour Léogâne; mon nom est Madame Altide Paulémon.» Elle me dit aussi, «Je serai là dans une demi heure car je suis en transportation publique et je prendrai une moto pour arriver à votre destination.»

Comme toujours, je réponds, «Vous êtes la bienvenue Madame et je serai là pour vous accueillir» mais tout en me disant que c’est un autre curieux ou une voleuse habillée qui va essayer de prendre des produits gratuitement et plus jamais la revoir…

Réellement, une heure après, une jeune dame arrive et me dit, «Je suis Mme Altide Paulémon», très courtoise, instruite, avec une tenue et un langage excellents. Mme Paulémon me dit, «M. Valmé je viens vers vous et je vais aller droit au but, j’ai besoin d’aide pour changer ma communauté et je me suis porte candidat pour la Mairie de Cornillon, Grand Bois.»

Je réponds: «Madame, je ne finance pas les parties politiques et je n’en ai rien à foutre de la politique en Haïti. Pour moi le théâtre politique est comme aller au cirque et d’assister des hyènes en train de se déchirer pour le plus gros morceau de viande.»

Dans mes pensées, je me dis que cela va aller mal entre nous et me demande si elle n’est pas envoyée comme provocation afin de me faire sortir de mes gonds. Elle me regarde et me dit: «M. Valmé, je ne suis pas une politicienne mais je n’ai pas d’autres choix car là d’où je viens du Plateau Central à Cornillon, on est dans la misère, les paysans ne produisent plus, les orangers meurent de maladies, on n’a pas d’eau et encore aucune électricité, la sécheresse a détruit les dernières récoltes et l’état haïtien ne nous visite même pas. On est inexistant pour eux et pour le restant du pays.

On est à 800 mètres d’altitude et la population s’est adonné à la fabrication du charbon en coupant tout les arbres, le déboisement est féroce dans notre communauté et tout ce charbon termine au Marché Canard à Mirebalais aussi bien que des camions qui viennent les chercher par 300 sacs à destination de Port au Prince.

On est à coté de la Frontière Dominicaine et la contrebande est libre et ouverte avec des convois d’ânes interminable qui rentrent avec tout ce que vous pouvez imaginer: médicaments, assiettes mousse de polystyrène, équipement électroniques, nourriture, etc. Tout ceci sans aucun contrôle de douane, d’où les produits dominicains de qualités douteuses ont envahi la ville et coutent moins cher que ce qui est produit à Grand-Bois et on n’a même pas une boulangerie pour une population de 60,000.

La route est impraticable, les denrées de Grand-Bois n’arrivent pas au marché local afin de permettre l’écoulement de ces marchandises dans les autres villes et que si ce n’est pas vendu à bord de la route, des produits comme la banane, et autres sont abandonnés et pourrissent. De ce fait, les paysans perdent tout.»

A ce moment, j’ai bien compris que les élus actuels du coin, Magistrat, Député et Sénateur, n’ont rien foutu. Ils ont empoché l’argent qu’ils avaient reçu et vivent bien en abandonnant les citoyens à leur sort. Je dis: «Mme. Paulémon, suivez moi, je vais vous faire visiter mon petit monde.» Je me dirige vers la boulangerie écologique afin de constater que cela marche et je lui a fait déguster les pains de labapen, Manioc, Banane et Patate et je lui, on va en faire de même à Cornillon et que les paysans ne perdront plus jamais leur récoltes en lui montrant la fabrique de farines en marche où on produisait ce jour-là la farine de patate douce.

Ensuite, je lui montre la fabrication des huiles, remarquant que Cornillon possède tout pour avoir une petite fabrication d’huile végétale. Ensuite, on visite la fabrique des briquettes et réchauds amélioré afin que Mme. Paulémon puisse constater qu’on peut arrêter la déforestation et la fabrication du charbon à Grand Bois. Me voilà dans une belle histoire maintenant et je suis au pied du mur pour ouvrir une boulangerie écologique dans ce coin avec une fabrique de briquettes écologiques, transformation pour les farines, etc.

Pendant la visite, je dis à Mme. Paulémon, «Saviez vous que le sous sol de Cornillon contient les matières premières pour la fabrication de ciment en Haïti et si exploité, Cornillon peu fournir Haïti du ciment pendant au moins 150 ans avec ses minerais?» Elle me fait des grands yeux et me dit «Je sais que notre sous sol est riche mais pas à ce point.» Je perçus la lueur de flammes qui sortait de ses yeux juste à imaginer une usine de ciment dans sa ville.

Bientôt je me rendrai à Cornillon afin de m’entretenir avec la population et apporter tout ce qu’on fabrique à Léogâne et leur montrer qu’ils peuvent en faire autant pour leur communauté. Vous, dans la diaspora, qui lisez ceci, faites un investissement à Cornillon pour une boulangerie écologique, la population est de 60,000 Habitants. J’irai vers eux et je ferai le reste.

Finalement pour vous tous dire que la citoyenne Paulémon a su entendre mes plaintes ainsi que les solutions que j’ai proposées et elle est venue les chercher. Pour sa candidature, elle n’a pas un centime, pas de logistique, aucun support car elle ne fait pas partie de l’élite politique. Elle circule à pied et en tap-tap. Elle ne veut rien de moi monétairement mais d’apporter mes connaissances à sa communauté. Et ceci je le ferai.

Bientôt une randonnée à Cornillon pour évaluer, discuter, présenter et mettre en action et en application tout ce que je fais à Léogâne dans cette zone. Vous tous qui dites que vous voulez aider, c’est le moment ou jamais. Ils ont besoin d’investisseurs afin de monter une boulangerie écologique. Je ne supporte pas le candidat, je supporte les cris d’une citoyenne concerné qui voudrait insuffler une vie nouvelle à sa ville et à ses citoyens par le travail. Mme. Paulémon compte utiliser les organisations de femmes POTOMITAN dans sa ville pour une Haïti verte et prospère.

georgesvalme@gmail.com
4473-5512 / 3216-1500

HAITI PAP PERI 06


AYITI PAP PERI 11


HAITI PAP PERI 08
________________________________________

Klike sou foto yo pou nou aprann plis sou travay Valme ap fè pou peyi a.

HAITI PAP PERI 02


HAITI PAP PERI 09


HAITI PAP PERI 07


HAITI PAP PERI 04


HAITI PAP PERI 10



HAITI PAP PERI 05


AYITI PAP PERI 13

 KILTI BÒ LAKAY – Us & coutumes de chez nous sous la plume de Myria Charles, alias Sister M* dans TICKET, une chronique du quotidien Le Nouvelliste

KILTI BO LAKAY 01


Saint-Valentin quand tu nous tiens…

Si j’étais responsable de presse de l’un des candidats retenus, je leur proposerais de faire imprimer leur photo ou leur emblème sur des paquets de M&M à l’occasion de la Saint Valentin.

Imaginez le résultat: un paysan qui ne sait pas pourquoi on mange du chocolat le 14 février se retrouverait avec ce petit sachet de douceurs en mains, à se demander si ces petites graines sont «la réponse», si cela vaut le coup de les semer au risque d’en récolter de la bouse de vache? Un autre croirait que ce sont des graines pour assotor, et qu’il faut en manger seulement à l’intérieur du péristyle, objet de la photo sur le paquet!

La scène se déroule la veille, le jour-même, un peu partout… dans les supermarkets, les magasins, les rues, chez la fleuriste, au restaurant, etc.

Ma question est celle-ci: s’il faut un produit fondant ou périssable pour exprimer un sentiment ou sa profondeur de celui-ci, peut-on espérer que le sentiment soit plus durable et plus solide que ledit produit?

Hein hein, accusez-moi donc de cynisme ! Dites que je suis blasée. Zafè! Il n’en demeure pas moins que je considère ridicule de gaver votre dulcinée de chocolat le jour de la St. Valentin, pour ensuite vous mettre à la comparer, quelques mois plus tard, à une publicité de Michelin. Ou bien pour soupirer – alors que vous êtes en sa compagnie chaque fois que vous voyez passer une silhouette svelte portant des vêtements collants…

Oui c’est agréable de recevoir des fleurs à la St. Valentin. D’ailleurs, j’en attends et je veux en recevoir. Mais quelle est la finalité du plaisir en ce jour ? Savoir que je compte pour l’ami ou l’amant? C’est bien beau. Et les trois cent soixante-quatre jours restants (quand l’année n’est pas bissextile bien sûr!)

Aller souper en tête à tête ce soir-là, dans un restaurant chic si possible, hummmm, le délice.

Vous voyez? Je sais apprécier. J’ai même de très bons souvenirs du Saint (et des kilos bien attachants, du genre inséparables d’avec ma chère personne).

Est-ce l’âge qui me rend raisonnable (ou gaga)? Fort possible. Je confirme que je n’ai absolument rien contre tout ce qui procure de la joie à l’occasion de cette fête de l’amour et de l’amitié. Ce que je déplore par contre, c’est l’absence de continuité. L’amour est le moteur de la vie. Tout comme il y a la saison pré-carnavalesque, la saison de l’Avent, les vendredi du Chemin de Croix avant Noël etc. j’aurais souhaité que l’amour se célèbre plus souvent et plus longtemps qu’en vingt-quatre heures. Le chocolat ne cause pas que des ballonnements, il est aussi un bon antistress. En recevoir de temps en temps de l’être aimé apportera, en plus des calories, un peu plus de chaleur et de douceur dans la relation.

Et les fleurs? Ah ! N’était-ce à cause du sentiment d’habiter à l’intérieur d’une tombe, je m’en ferais volontiers livrer tous les deux matins! Mais comme je fais cavaliera sola pour le moment, la note des commandes serait trop salée pour mon budget, et au rythme de quinze commandes par mois, je finirais par mourir de pauvreté si ce n’est d’hypertension! Bon, si votre amoureux veut soutenir le protocole, il peut toujours vous offrir une plante que vous aurez la tâche d’arroser tous les jours pour la maintenir aussi vivante que votre relation. Moi je veux bien opter pour le restaurant. Disons plutôt le petit souper. A défaut de restaurant, un poulet boukannen, une fritaille, et si comme moi vous êtes granmoun chez vous, un petit diner aux chandelles de temps en temps, pas besoin de mettre les petits plats dans les grands, mézi lajan-w mézi wanga-w.

De vous à moi, il a fallu que j’utilise le mot wanga pour me rappeler l’introduction de cette rubrique dans laquelle j’avais mentionné de péristyle! Ciel! l’amour m’a fait perdre la tête! Pas mauvais hein, c’est la saison, c’est la Saint Valentin. Oui, je me disais justement que les candidats pourraient faire acte et preuve d’amour, fusionner leurs emblèmes sur les dits sachets et créer un nouveau label: de M&M on passerait à MiMa & MiMa! Vive l’amour!

See more at: Idées de lecture

CHARLES, MYRIA - DE VOUS À MOI , Tome II


Click on the images or links to find out what our grapevine holds…



THROUGH THE GRAPEVINE 15


THROUGH THE GRAPEVINE 16


 


THROUGH THE GRAPEVINE 07 THROUGH THE GRAPEVINE 08 THROUGH THE GRAPEVINE 09


 


Les Etats-Unis d’Amérique, première puissance économique au monde, et régulièrement citée en exemple quant à son modèle libéral, favorisant la libre entreprise, n’est pourtant pas le pays où le retrouve le plus d’entrepreneurs sur la population adulte. C’est le constat fait par le groupe britannique de réseaux d’affaires Approved Index, dans un rapport rendu public fin juin 2015.
Les Etats-Unis d’Amérique, première puissance économique au monde, et régulièrement citée en exemple quant à son modèle libéral, favorisant la libre entreprise, n’est pourtant pas le pays où le retrouve le plus d’entrepreneurs sur la population adulte. C’est le constat fait par le groupe britannique de réseaux d’affaires Approved Index, dans un rapport rendu public fin juin 2015.

L’Unicef prédit que d’ici 2050, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde vivront sur le continent africain. Le Nigéria représentera, en 2050, 10 % des naissances dans le monde et atteindra les 400 millions d’habitants.
L’Unicef prédit que d’ici 2050, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde vivront sur le continent africain. Le Nigéria représentera, en 2050, 10 % des naissances dans le monde et atteindra les 400 millions d’habitants.

THROUGH THE GRAPEVINE 03


La mise en service des centrales hydroélectriques a permis au Kenya de réduire de moitié l’électricité importée de l’Ouganda. Selon sa Commission nationale de régulation de l’énergie (ERC), le Kenya a importé 27,97 millions de KWh d’énergie de ses voisins cette année contre 57,91 millions de KWh, il y a une année à la même période. 95% de ces importations provenaient de l’Ouganda.
La mise en service des centrales hydroélectriques a permis au Kenya de réduire de moitié l’électricité importée de l’Ouganda. Selon sa Commission nationale de régulation de l’énergie (ERC), le Kenya a importé 27,97 millions de KWh d’énergie de ses voisins cette année contre 57,91 millions de KWh, il y a une année à la même période. 95% de ces importations provenaient de l’Ouganda.

How human emotions sustainably influence the structure of water? Does water have memory, comparable to the hard drive of a huge computer, which store all of the data of life forever?
How human emotions sustainably influence the structure of water?
Does water have memory, comparable to the hard drive of a huge computer, which store all of the data of life forever?

With the help of an amazing stylist and products from Devachan LA, one woman demonstrates 11 simple, stylish, no-heat looks that anyone with natural hair can master through a few easy steps.
With the help of an amazing stylist and products from Devachan LA, one woman demonstrates 11 simple, stylish, no-heat looks that anyone with natural hair can master through a few easy steps.

580.000 arbres, 200 espèces différentes: c'est tout simplement du jamais vu en moins de 24 heures! Pour participer, il suffisait de planter un arbre, de prendre une photo et d’envoyer un tweet avec le hashtag de l’opération. Les volontaires avaient été convoqués par le ministère équatorien de l’Environnement, mais aussi les autorités locales, les entreprises privées, et même... l'armée! Des soldats se sont mobilisés, munis de pelles et de pioches.
580.000 arbres, 200 espèces différentes: c’est tout simplement du jamais vu en moins de 24 heures! Pour participer, il suffisait de planter un arbre, de prendre une photo et d’envoyer un tweet avec le hashtag de l’opération. Les volontaires avaient été convoqués par le ministère équatorien de l’Environnement, mais aussi les autorités locales, les entreprises privées, et même… l’armée! Des soldats se sont mobilisés, munis de pelles et de pioches.

THROUGH THE GRAPEVINE 17


Zheng-ChunhuiCe mois-ci, la rubrique ATIS LAKAY aimerait vous inviter à une excursion en Chine rien que pour contempler l’œuvre magistrale de Zheng Chunhui qui vous émerveillera et vous laissera muets d’admiration.

This is the World’s Longest Wood Carving. It was Made from a Single Tree Trunk

November 14, 2013 marked the ninth annual Guinness World Records Day, where people around the globe attempt to break world records.

Unveiled that day at the Palace Museum in Beijing was an astonishing wooden sculpture by Chinese artist Zheng Chunhui. The wooden carving took four years to complete. The sculpture, carved from a single tree trunk, measures 12.286 meters long, 3.075 meters high and 2.401 meters wide (40.308 x 10.088 x 7.877 ft).

The sculpture is based on the famous scroll painting Along the River During the Qingming Festival (c 1085-1145), which captures the daily life of people and the landscape of the capital, Bianjing (today Kaifeng). The original painting is one of the most renowned work among all Chinese paintings and has even been called, ‘China’s Mona Lisa’ for its recognizability. [Source]

Zheng’s intricate sculpture features boats, bridges, buildings and over 550 individually carved people. The Palace Museum where the sculpture was unveiled is also home to the original scroll painting.

[Sources: Ecns.cn, Daily Mail, Guinness World Records, My Modern Met]

1.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (5)

2.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (4)

3.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (3)

4.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (2)

5.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (7)

6.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (1)

7.

World's Longest Wooden Carving was Made from a Single Tree Trunk zheng chunhui (6)

Artwork by ZHENG CHUNHUI

 

SOURCE: Twisted Sifter

• AUGUST 2015

ALBERT DESMANGLES – Plasticien

0EAlbert Desmangles crée une nouvelle forme de visages typiques de l’Amérique: mélange de races, ni noire, ni jaune, ni blanche, ni rouge. Des femmes métissées dominent les éléments, surgissent de l’ombre et fusionnent avec la création. Desmangles s’engage dans un nouveau style de peinture anthropomorphe où la lumière demeure le centre d’émanation de toute matière.

Albert Desmangles est né à Port-au-Prince le 31 Mai 1957. Il fit ses études primaires au Petit Séminaire Collège St. Martial et ses études supérieures au Collège Canado Haïtien. Dès la prime enfance il manifesta son gout pour l’art. Et a six ans, il dessinait déjà des visages avec ses doigts dans la poussière des carreaux de l’école.  En secondaire le Frère Henri Bastien le guida dans la connaissance des couleurs, du dessin, de la perspective et l’initia a la technique de la gouache. Pendant plusieurs années it fit parti du cercle des arts plastiques du Collège et figura dans différentes expositions.

A dix-sept ans it est primé à un concours de dessin organisé par l’Association Culturelle Haïtiano-Allemande. Après des études commerciales (Comptabilité) il entre sur le marché du travail mais comprend très vite que sa vie n’était pas derrière un bureau mais devant son chevalet. Il abandonna tout pour se consacrer à l’art. En 1979, il entra dans les ateliers de son oncle, le sculpteur Paul Desmangles, qui l’initia à la sculpture puis il alla suivre des cours de dessin industriel au Centre de Formation Professionnel d’Haïti. L’art dramatique et la chanson le tentèrent. Il fit du théatre avec la troupe “Jeune Théatre,” le Théatre National et la troupe Gérard Resil. Quelques années plus tard il deviendra membre du groupe musical “Kata.”

A partir des influences et conseils des ainés tel Séjourné, Jérome, Nehemy Jean, il étudia les différents types ethniques de son milieu Caribéen et créa une nouvelle forme de visages typiques de l’Amérique. Mélange de races, ni noire, ni jaune, ni blanche, ni rouge. Ces femmes métissées dominent les éléments, surgissent de l’ombre et fusionnent avec la création. Trente ans plus tard, des stars internationales comme Beyonce, Rihanna avec des cheveux rouges, Niky Minaj , Alicia Keys, Tyra Banks, Naomie Lenoir, Eva Pigford, font la « Une » des magazines du monde entier et deviennent des exemples de beauté. Un president OBAMA , a la peau couleur de noix grille. Mais l’artiste vit en dehors de tout ce beau monde dont il a eu la vision. C’est un descendant d’indien d’Haiti et de Negre marron tel « Colas Jambe-coupe ». Il n’aime pas la vie des Stars car son étoile est ailleurs. En terre étrangère, Il recherche la campagne, la vie près des gens simples, de nature spontanée… Il s’engage dans un nouveau style de peinture anthropomorphe où la lumière demeure le centre d’émanation de toute matière.

PÉRIPLE ARTISTIQUE:

  • 1981 Exposition “Connaitre les jeunes peintres,” Institut Francais d’Haïti
  • 1983 Exposition avec d’autres peintres de renom tel que: Dodard, Bernard Séjourné, Jean René Jérome, Jean Claude Castera dans les salons de Gloria Handal
  • 1985 Participation à une exposition collective chez Gloria Handal
  • 1988 Musée d’Art Haïtien, il expose avec les maitres haïtiens: Jean René Jérome, Gesner Armand, Dieudonné Cédor, Bernard Wah, Ludovic Booz, Etzer Charles
  • 1990 Exposition “Art Expo” avec Valcin II, Etzer Charles, Ralph Allen, Ludovic Booz, Casimir Joseph
  • Washington, Group Show Banque Industrielle
  • Len De Pas Art Gallery, Washington, D.C.
  • New York, signature d’un contrat pour la production d’Intaglios avec Lanna Publishing avec la collaboration de l’artiste Huong Nguyen
  • 1991 Nicole Gallery, Chicago, IL, group show
  • L’Atelier Galerie Nader, Port-au-Prince, Haiti, group show
  • Group Show Villa Borghese “Caraibi e Caribe,” Rome, Italie
  • 1992 Duo show avec Lionel Laurenceau au Musée Galerie Georges S. Nader, Haiti
  • 1993 Group show, Colors, Creativity, Beauty, Florida Museum of Hispanic and Latin American Art, Miami, Florida
  • 1994 Group show à Expression Galerie Nader (Habib et Katia Nader Jiha)
  • 1995 Group show, Centro de Bellas Artes, Vénézuela

Ses tableaux sont présentés dans différentes galeries des Caraïbes et du Continent Américain: Galerie Nader, Haiti; Artibijoux, Martinique; Len De Pas Art Gallery, Washington; Galerie Nader, Atlanta, GA; Alyos Galerie, Montréal, Canada; Yellow Bird Art Gallery, CA; Centro de Bellas Artes, Venezuela; Auction Galleries, NY; Gallery Nader, Miami, FL.

CONTACT:
 +509 37 12 8816 & +509 22 45 8781

AlbertDesmangles@yahoo.com

Don’t hesitate to contact the artist for more details about his work.



LECTURE 05


LECTURE 09


LECTURE 04


LECTURE 06


LECTURE 07


LECTURE 02


LECTURE 03


LECTURE 03


LECTURE 08


LECTURE 12


LECTURE 14


 

IDEES DE LECTURE 04
En vente sur Amazone, Fnac, Chapitre, Dilicom, CyberScribe, le format papier du livre historique tant attend – Les bénéfices de vente serviront à la création de l’annexe de l’école “Mixte de la Liberté” pour les enfants déportés de la R.D, dirigée par le Révérend Frantz Grandoit. Bientôt en signature: En Haiti ( Ministère de la Culture ) et dans la Diaspora (via les Consulats)…

 


LECTURE 13


LECTURE 14


LECTURE 15


SAK PASE BO LAKAY 03SAK PASE BO LAKAY 04


SAK PASE BO LAKAY 14

SAK PASE BO LAKAY 15

SAK PASE BO LAKAY 08


SAK PASE BO LAKAY 09


SAK PASE BO LAKAY 07

 SAK PASE BO LAKAY 16SAK PASE BO LAKAY 13


SAK PASE BO LAKAY 01

SAK PASE BO LAKAY 02


SAK PASE BO LAKAY 10

SAK PASE BO LAKAY 11

Ayiti pap peri!

Ayiti pap peri! Pa gen manti lan sa.
Menm lè «chen manje chen»
Ap fè ravaj lan peyi a,
Menm lè sèl lang ke zòt pale
Te «granmèsi chen se kout baton»,
Menm lè lavalas pote ale tout sa ki bon
Pou li kite nou ak malabou sèlman,
Nanm zansèt nou yo va tounen
Lan kò patriyòt konsekan tankou
Valme ak Polemon
San blye Lherisson                                                        An pasan pa Widjmy
Pou vire fyète pèp nou lanvè landwat.
Non, Ayiti pap peri!

Maryse C. Elysée

Click on pictures to access stories.

LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE

 

LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE
LE COFFRE FORT DE LA PAYSANNERIE

Eh oui, il existe et à partir du mois de septembre 2015, vous allez avoir des bonnes nouvelles de la paysannerie. 

Deux ans d’organisations, d’éducation et d’enseignement… tous ne sont pas encore touches mais ceux qui ont été infectés par les connaissances sur la production ont compris et le mettent en application.

La période d’exploitation du paysan Haïtien est terminée. Maintenant, on a des paysans partenaires, des paysans qui participent au profit monétaire, éducatif, supporté et qui n’auront plus à se soucier de revenues et de perte des 40% de leurs récoltes.

 Il y a encore beaucoup à faire: éradiquer la coupe des arbres, créer des réservoirs d’eau pour l’irrigation, fabriquer des engrais naturels, propager des fours écologiques, finalement rendre la paysannerie propre physiquement et mentalement car elle est le dernier rempart de la nation haïtienne.

 Production de farines, d’huiles végétales, fabrication de réchauds améliorés, briquettes, huiles exotiques, poulaillers, exploitation de nos énergies naturelles comme les sources et les stations hydro micro électriques, les fatras municipaux et les déchets agricoles, la génération d’électricité à partir des huiles végétales, etc. Çà c’est notre politique afin de devenir libre réellement, faire face à l’importation et réduire l’insécurité alimentaire. 

Une chose est certaine et prenez bien note tous, je n’ai pas le temps et le luxe pour les discours et les rencontres interminables à soumettre des plans à la con dont l’issue est d’aboutir dans un tiroir, comme pour le projet de Bernard Gousse de la Grande Anse après avoir fait des promesses au peuple haïtien. Je suis un homme de terrain, un soldat, un guerrier et c’est uniquement sur le champ de bataille que je gagne mes guerres et mes galons.

Curieux, hâbleurs, opportunistes, politiques et corrompus, ne perdez pas votre temps. Restez loin de moi. Même quand je pense être un bon ange, amis, ce bon ange peut se transformer et devenir le cauchemar du diable que nul ne voudrait en faire connaissance. Parfois, il est beaucoup plus sage de ne pas réveiller ce diable qui vit en chacun de nous.


AYITI PAP PERI 04


Former street child of Haiti returns to help others
Former street child of Haiti returns to help others

AYITI PAP PERI 02


AYITI PAP PERI 01


SAK PASE BOLAKAY 08


SAK PASE BOLAKAY 023


SAK PASE BOLAKAY 01 SAK PASE BOLAKAY 02 SAK PASE BOLAKAY 04 SAK PASE BOLAKAY 05



SAK PASE BOLAKAY 16 

Cet échangeur à 8 voies a été financé par le Fonds PetroCaribe à hauteur de US $16,5 millions.
Cet échangeur à 8 voies a été financé par le Fonds PetroCaribe à hauteur de US $16,5 millions.

SAK PASE BOLAKAY 15


SAK PASE BOLAKAY 14

SAK PASE BOLAKAY 12


Click on the images to find out what our grapevine holds…

GRAPEVINE 08


GRAPEVINE 01 GRAPEVINE 03 GRAPEVINE 04 GRAPEVINE 05



GRAPEVINE 06


GRAPEVINE 07


La route, qui fait 10,9 kilomètres de long, dont 4,4 kilomètres a nécessité un budget de 70 millions de dollars.
La route, qui fait 10,9 kilomètres de long, dont 4,4 kilomètres a nécessité un budget de 70 millions de dollars.

 


GRAPEVINE 09

Click on the images to find out what our grapevine holds…

GRAPEVINE 20


GRAPEVINE 22

GRAPEVINE 08


GRAPEVINE 01


 


GRAPEVINE 19

GRAPEVINE 04


GRAPEVINE 07


GRAPEVINE 09

GRAPEVINE 14GRAPEVINE 15


GRAPEVINE 06


GRAPEVINE 05



GRAPEVINE 02


GRAPEVINE 03


 

GRAPEVINE 17GRAPEVINE 18


GRAPEVINE 12GRAPEVINE 13GRAPEVINE 11


GRAPEVINE 16


GRAPEVINE 23

 


FOOD FOR THOUGHTS

I would like to offer some food for thoughts in this segment in the form of a video that many have had the opportunity to view previously, but I am sure everyone will be glad to be reminded of those reflections once again. Appreciate and enjoy!
ÉDITORIAL 01

The following is the transcription to this video:

The Lie We Live

by Spencer Cathcart

At this moment you could be anywhere, doing anything. Instead you sit alone before a screen. So what’s stopping us from doing what we want? Being where we want to be?

Each day we wake up in the same room and follow the same path, to live the same day as yesterday. Yet at one time each day was a new adventure. Along the way something changed. Before our days were timeless, now our days are scheduled.

Is this what it means to be grown up? To be free? But are we really free?

Food, water, land.

The very elements we need to survive are owned by corporations. There’s no food for us on trees, no freshwater in streams, no land to build a home. If you try and take what the Earth provides you’ll be locked away. So we obey their rules.

We discover the world through a textbook. For years we sit and regurgitate what we’re told. Tested and graded like subjects in a lab. Raised not to make a difference in this world, raised to be no different. Smart enough to do our job but not to question why we do it. So we work and work, left with no time to live the life we work for. Until a day comes when we are too old to do our job. It is here we are left to die. Our children take our place in the game.

To us, our path is unique, but together we are nothing more than fuel. The fuel that powers the elite. The elite who hide behind the logos of corporations. This is their world. And their most valuable resource is not in the ground. It is us.

We build their cities, we run their machines, we fight their wars. After all, money isn’t what drives them. It’s power. Money is simply the tool they use to control us. Worthless pieces of paper we depend on to feed us, move us, entertain us. 

They gave us money and in return we gave them the world. Where there were trees that cleaned our air are now factories that poison it. Where there was water to drink, is toxic waste that stinks. Where animals ran free, are factory farms where they are born and slaughtered endlessly, for our satisfaction. Over a billion people are starving, despite us having enough food for everybody. Where does it all go? 70% of the grain we grow is fed to fatten the animals you eat for dinner. Why help the starving? You can’t profit off them.

We are like a plague sweeping the earth, tearing apart the very environment that allows us to live. We see everything as something to be sold, as an object to be owned. But what happens when we have polluted the last river? Poisoned the last breath of air? Have no oil for the trucks that bring us our food? When will we realize money can’t be eaten, that it has no value?

We aren’t destroying the planet. We are destroying all life on it. Every year thousands of species go extinct. And time is running out before we’re next. If you live in America there’s a 41% chance you’ll get cancer. Heart disease will kill one out of three Americans.  We take prescription drugs to deal with these problems, but medical care is the third leading cause of death behind cancer and heart disease. We’re told everything can be solved by throwing money at scientists so they can discover a pill to make our problems go away. But the drug companies and cancer societies rely on our suffering to make a profit. We think we’re running for a cure, but really we’re running away from the cause. Our body is a product of what we consume and the food we eat is designed purely for profit.  We fill ourselves with toxic chemicals. The bodies of animals infested with drugs and diseases. But we don’t see this. The small group of corporations that own the media don’t want us to. Surrounding us with a fantasy we’re told is reality.

It’s funny to think humans once thought the earth was the center of the universe.  But then again, now we see ourselves as the center of the planet. We point to our technology and say we’re the smartest. But do computers, cars, and factories really illustrate how intelligent we are? Or do they show how lazy we’ve become. We put this “civilized” mask on. But when you strip that away what are we?

How quickly we forget only within past hundred years did we allow women to vote; allow blacks to live as equals. We act as if we are all-knowing beings, yet there is much we fail to see. We walk down the street ignoring all the little things. The eyes who stare. The stories they share. Seeing everything as a background to ‘me’.

Perhaps we fear we’re not alone. That we are a part of a much bigger picture. But we fail to make the connection. We’re okay killing pigs, cows, chickens, strangers from foreign lands. But not our neighbors, not our dogs, our cats, those we have come to love and understand. We call other creatures stupid yet we point to them to justify our actions. But does killing simply because we can, because we always have, make it right? Or does it show how little we’ve learned.  That we continue to act out of primal aggression rather than thought and compassion.

One day, this sensation we call life will leave us. Our bodies will rot, our valuables recollected. Yesterday’s actions all that remain. Death constantly surrounds us, still it seems so distant from our everyday reality. We live in a world on the verge of collapse. The wars of tomorrow will have no winners. For violence will never be the answer; it will destroy every possible solution.

If we all look at our innermost desire, we will see our dreams are not so different. We share a common goal. Happiness. We tear the world apart looking for joy, without ever looking within ourselves. Many of the happiest people are those who own the least.  But are we really so happy with our iPhones, our big houses, our fancy cars?

We’ve become disconnected. Idolizing people we’ve never met. We witness the extraordinary on screens but ordinary everywhere else. We wait for someone to bring change without ever thinking of changing ourselves.

Presidential elections might as well be a coin toss. It’s two sides of the same coin. We choose which face we want and the illusion of choice, of change is created. But the world remains the same. We fail to realize the politicians don’t serve us; they serve those who fund them into power.

We need leaders, not politicians. But in this world of followers, we have forgotten to lead ourselves. Stop waiting for change and be the change you want to see. We didn’t get to this point by sitting on our asses. The human race survived not because we are fastest or the strongest, but because we worked together.

We have mastered the act of killing. Now let’s master the joy of living.

This isn’t about saving the planet. The planet will be here whether we are or not. Earth has been around for billions of years, each of us will be lucky to last eighty. We are a flash in time, but our impact is forever.

I often wished I lived in an age before computers, when we didn’t have screens to distract us.

But I realize there’s one reason why this is the only time I want to be alive. Because here today, we have an opportunity we never had before. The internet gives us the power to share a message and unite millions around the world. While we still can we must use our screens to bring us together, rather than farther apart.

For better or worse, our generation will determine the future of life on this planet. We can either continue to serve this system of destruction until no memory of our existence remains or we can wake up. Realize we aren’t evolving upwards, but rather falling down…we just have screens in our faces so we don’t see where we’re heading.

This present moment is what every step, every breath and every death has led to. We are the faces of all who came before us. And now it is our turn. You can choose to carve your own path or follow the road countless others have already taken. 

Life is not a movie. The script isn’t already written. We are the writers.

This is Your Story, Their Story, Our Story.

– See more at: http://www.the-open-mind.com/this-video-exposes-the-lie-we-live/#sthash.3prAl4h3.dpuf


 

 

• JULY 2015

Alexandra Barbot – Artist

Alexandra Barbot has a degree from the State University of Port-Au-Prince Haiti for law, and a certificate in German language from the Ludwig Maximillian University in Munich Germany. Ms. Barbot is also an author. She has published in 1993 “De la protection de l’environnement en Haiti”.

For her master degree in law that will be available in 2011 to the public. She has co-published in 1998 an article with two German attorneys “Produkt Piraterie, ein wirtschaftliches problem” and for a German business club. Ms. Barbot has co-published and illustrated in 2008 and 2009 with Mrs. Jeanine Agnant “Mommy tell me about Haiti”. She studied art with the internationally renowned Haitian Roland Dorcely. Mrs. Barbot has exhibited her work in Haiti, Germany and France and has worked with many Haitian and American nonprofit organizations in Miami. She donates her artwork to worthy causes for fund-raising events. She is the co-founder of the Haitian American Historical Museum and Archives in Miami, Fl. She has two children and lives in Miami, Florida.

SOURCE: AlexandraBarbot.wordpress.com


***Don’t hesitate to contact the artist for more details about his work.

Pour stimuler vos réflexions, j’aimerais proposer cette vidéo sur un sujet qui nous tient plutôt à cœur ces jours-ci.

Texte bref, parfaitement construit, scintillant, paradoxal et beaucoup plus conservateur qu’on n’a voulu le penser, le Discours de la servitude volontaire d’Etienne de la Boétie est un mode d’emploi pour ne pas être dupe du pouvoir, car ce n’est pas en luttant contre la tyrannie qu’on parvient à l’abattre, mais en comprenant ses mécanismes qu’on parvient à ne pas la subir, ni la désirer. Ecoutez la parole de celui qui n’a que 16 ans quand il rédige ce texte plein de sagesse.
A la lecture pour La Boétie : Louis Garrel                                 A la réalisation : François Caunac

 

TEXTE 1

Mais, ô grand Dieu, qu’est donc cela ? Comment appellerons-nous ce malheur ? Quel est ce vice, ce vice horrible, de voir un nombre infini d’hommes, non seulement obéir, mais servir, non pas être gouvernés, mais être tyrannisés, n’ayant ni biens, ni parents, ni enfants, ni leur vie même qui soient à eux ? De les voir souffrir les rapines, les paillardises, les cruautés, non d’une armée, non d’un camp barbare contre lesquels chacun devrait défendre son sang et sa vie, mais d’un seul ! Non d’un Hercule ou d’un Samson, mais d’un hommelet souvent le plus lâche, le plus efféminé de la nation, qui n’a jamais flairé la poudre des batailles ni guère foulé le sable des tournois, qui n’est pas seulement inapte à commander aux hommes, mais encore à satisfaire la moindre femmelette. Nommerons-nous cela lâcheté ? Appellerons-nous vils et couards ces hommes soumis ? Si deux, si trois, si quatre cèdent à un seul, c’est étrange, mais toutefois possible ; on pourrait peut-être dire avec raison : c’est faute de coeur. Mais si cent, si mille souffrent l’oppression d’un seul, dira-t-on encore qu’ils n’osent pas s’en prendre à lui, ou qu’ils ne le veulent pas, et que ce n’est pas couardise, mais plutôt mépris ou dédain ?

Enfin, si l’on voit non pas cent, non pas mille hommes, mais cent pays, mille villes, un million d’hommes ne pas assaillir celui qui les traite tous comme autant de serfs et d’esclaves, comment qualifierons-nous cela ? Est-ce lâcheté ? Mais tous les vices ont des bornes qu’ils ne peuvent pas dépasser. Deux hommes, et même dix, peuvent bien en craindre un ; mais que mille, un million, mille villes ne se défendent pas contre un seul homme, cela n’est pas couardise : elle ne va pas jusque-là, de même que la vaillance n’exige pas qu’un seul homme escalade une forteresse, attaque une armée, conquière un royaume. Quel vice monstrueux est donc celui-ci, qui ne mérite pas même le titre de couardise, qui ne trouve pas de nom assez laid, que la nature  désavoue et que la langue refuse de nommer ?

Qu’on mette face à face cinquante mille hommes en armes ; qu’on les range en bataille, qu’ils en viennent aux mains ; les uns, libres, combattent pour leur liberté, les autres combattent pour la leur ravir. Auxquels promettrez-vous la victoire ? Lesquels iront le plus courageusement au combat : ceux qui espèrent pour récompense le maintien de leur liberté, ou ceux qui n’attendent pour salaire des coups qu’ils donnent et qu’ils reçoivent que la servitude d’autrui ? Les uns ont toujours devant les yeux le bonheur de leur vie passée et l’attente d’un bien-être égal pour l’avenir. Ils pensent moins à ce qu’ils endurent le temps d’une bataille qu’à ce qu’ils endureraient, vaincus, eux, leurs enfants et toute leur postérité. Les autres n’ont pour aiguillon qu’une petite pointe de convoitise qui s’émousse soudain contre le danger, et dont l’ardeur s’éteint dans le sang de leur première blessure. Aux batailles si renommées de Miltiade, de Léonidas, de Thémistocle, qui datent de deux mille ans et qui vivent encore aujourd’hui aussi fraîches dans la mémoire des livres et des hommes que si elles venaient d’être livrées hier, en Grèce, pour le bien des Grecs et pour l’exemple du monde entier, qu’est-ce qui donna à un si petit nombre de Grecs, non pas le pouvoir, mais le courage de supporter la force de tant de navires que la mer elle-même en débordait, de vaincre des nations si nombreuses que tous les soldats grecs, pris ensemble, n’auraient pas fourni assez de capitaines aux armées ennemies ? Dans ces journées glorieuses, c’était moins la bataille des Grecs contre les Perses que la victoire de la liberté sur la domination, de l’affranchissement sur la convoitise.


TEXTE 2

Cette ruse des tyrans d’abêtir leurs sujets n’a jamais été plus évidente que dans la conduite de Cyrus envers les Lydiens, après qu’il se fut emparé de leur capitale et qu’il eut pris pour captif Crésus, ce roi si riche. On lui apporta la nouvelle que les habitants de Sardes s’étaient révoltés. Il les eut bientôt réduits à l’obéissance. Mais ne voulant pas saccager une aussi belle ville ni être obligé d’y tenir une armée pour la maîtriser, il s’avisa d’un expédient admirable pour s’en assurer la possession. Il y établit des bordels, des tavernes et des jeux publics, et publia une ordonnance qui obligeait les citoyens à s’y rendre. Il se trouva si bien de cette garnison que, par la suite, il n’eut plus à tirer l’épée contre les Lydiens. Ces misérables s’amusèrent à inventer toutes sortes de jeux si bien que, de leur nom même, les Latins formèrent le mot par lequel ils désignaient ce que nous appelons passe-temps, qu’ils nommaient Ludi, par corruption de Lydi.

Tous les tyrans n’ont pas déclaré aussi expressément vouloir efféminer leurs sujets ; mais de fait, ce que celui-là ordonna formellement, la plupart d’entre eux l’ont fait en cachette. Tel est le penchant naturel du peuple ignorant qui, d’ordinaire, est plus nombreux dans les villes : il est soupçonneux envers celui qui l’aime et confiant envers celui qui le trompe. Ne croyez pasqu’il y ait nul oiseau qui se prenne mieux à la pipée, ni aucun poisson qui, pour la friandise du ver, morde plus tôt à l’hameçon que tous ces peuples qui se laissent promptement allécher à la servitude, pour la moindre douceur qu’on leur fait goûter. C’est chose merveilleuse qu’ils se laissent aller si promptement, pour peu qu’on les chatouille. Le théâtre, les jeux, les farces, les spectacles, les gladiateurs, les bêtes curieuses, les médailles, les tableaux et autres drogues de cette espèce étaient pour les peuples anciens les appâts de la servitude, le prix de leur liberté ravie, les outils de la tyrannie. Ce moyen, cette pratique, ces allèchements étaient ceux qu’employaient les anciens tyrans pour endormir leurs sujets sous le joug. Ainsi les peuples abrutis, trouvant beaux tous ces passe-temps, amusés d’un vain plaisir qui les éblouissait, s’habituaient à servir aussi niaisement mais plus mal que les petits enfants n’apprennent à lire avec des images brillantes.

Les tyrans romains renchérirent encore sur ces moyens en faisant souvent festoyer les décuries, en gorgeant comme il le fallait cette canaille qui se laisse aller plus qu’à toute autre chose au plaisir de la bouche. Ainsi, le plus éveillé d’entre eux n’aurait pas quitté son écuelle de soupe pour recouvrer la liberté de la République de Platon. Les tyrans faisaient largesse du quart de blé, du septier de vin, du sesterce, et c’était pitié alors d’entendre crier : << Vive le roi ! >> Ces lourdeaux ne s’avisaient pas~ qu’ils ne faisaient que recouvrer une part de leur bien, et que cette part même qu’ils en recouvraient, le tyran n’aurait pu la leur donner si, auparavant, il ne la leur avait enlevée. Tel ramassait aujourd’hui le sesterce, tel se gorgeait au festin public en bénissant Tibère et Néron de leur libéralité qui, le lendemain, contraint d’abandonner ses biens à l’avidité, ses enfants à la luxure, son sang même à la cruauté de ces empereurs magnifiques,~ ne disait mot, pas plus qu’une pierre, et ne se remuait pas plus qu’une souche. Le peuple ignorant a toujours été ainsi : au plaisir qu’il ne peut honnêtement recevoir, il est tout dispos et dissolu ; au tort et à la douleur qu’il peut honnêtement souffrir, il est insensible.


TEXTE 3

J’en arrive maintenant à un point qui est, selon moi, le ressort et le secret de la domination, le soutien et le fondement de toute tyrannie. Celui qui penserait que les hallebardes, les gardes et le guet garantissent les tyrans, se tromperait fort. Ils s’en servent, je crois, par forme et pour épouvantail, plus qu’ils ne s’y fient. Les archers barrent l’entrée des palais aux malhabiles qui n’ont aucun moyen de nuire, non aux audacieux bien armés. On voit aisément que, parmi les empereurs romains, moins nombreux sont ceux qui échappèrent au danger grâce au secours de leurs archers qu’il n’y en eut de tués par ces archers mêmes. Ce ne sont pas les bandes de gens à cheval, les compagnies de fantassins, ce ne sont pas les armes qui défendent un tyran, mais toujours (on aura peine à le croire d’abord, quoique ce soit l’exacte vérité) quatre ou cinq hommes qui le soutiennent et qui lui soumettent tout le pays. Il en a toujours été ainsi : cinq ou six ont eu l’oreille du tyran et s’en sont approchés d’eux-mêmes, ou bien ils ont été appelés par lui pour être les complices de ses cruautés, les compagnons de ses plaisirs, les maquereaux de ses voluptés et les bénéficiaires de ses rapines. Ces six dressent si bien leur chef qu’il en devient méchant envers la société, non seulement de sa propre méchanceté mais encore des leurs. Ces six en ont sous eux six cents, qu’ils corrompent autant qu’ils ont corrompu le tyran. Ces six cents en tiennent sous leur dépendance six mille, qu’ils élèvent en dignité.

Ils leur font donner le gouvernement des provinces ou le maniement des deniers afin de les tenir par leur avidité ou par leur cruauté, afin qu’ils les exercent à point nommé et fassent d’ailleurs tant de mal qu’ils ne puissent se maintenir que sous leur ombre, qu’ils ne puissent s’exempter des lois et des peines que grâce à leur protection. Grande est la série de ceux qui les suivent. Et qui voudra en dévider le fil verra que, non pas six mille, mais cent mille et des millions tiennent au tyran par cette chaîne ininterrompue qui les soude et les attache à lui, comme Homère le fait dire à Jupiter qui se targue, en tirant une telle chaîne, d’amener à lui tous les dieux. De là venait l’accroissement du pouvoir du Sénat sous Jules César, l’établissement de nouvelles fonctions, l’institution de nouveaux offices, non certes pour réorganiser la justice, mais pour donner de nouveaux soutiens à la tyrannie. En somme, par les gains et les faveurs qu’on reçoit des tyrans, on en arrive à ce point qu’ils se trouvent presque aussi nombreux, ceux auxquels la tyrannie profite, que ceux auxquels la liberté plairait.

Au dire des médecins, bien que rien ne paraisse changé dans-notre corps, dès que quelque tumeur se manifeste en un seul endroit, toutes les humeurs se portent vers cette partie véreuse. De même, dès qu’un roi s’est déclaré tyran, tout le mauvais, toute la lie du royaume, je ne dis pas un tas de petits friponneaux et de faquins qui ne peuvent faire ni mal ni bien dans un pays, mais ceux qui sont possédés d’une ambition ardente et d’une avidité notable se groupent autour de lui et le soutiennent pour avoir part au butin et pour être, sous le grand tyran, autant de petits tyranneaux.


– See more at: http://www.the-open-mind.com/this-video-exposes-the-lie-we-live/#sthash.3prAl4h3.dpuf

Here are the recent news from Haiti. Click on the pictures to access the articles.


SA KAP PASE BÒ LAKAY 11



SA KAP PASE BÒ LAKAY 09


SA KAP PASE BÒ LAKAY 01 SA KAP PASE BÒ LAKAY 02 SA KAP PASE BÒ LAKAY 03 SA KAP PASE BÒ LAKAY 04 SA KAP PASE BÒ LAKAY 05


 

SA KAP PASE BÒ LAKAY 07 SA KAP PASE BÒ LAKAY 08


 

• JUNE 2015

PIERRE ANDRE GILLES –                          Artiste, graphiste, scénographe

ART 00 - PIERRE ANDRE GILLESPierre André Gilles est né à Petit-Goave en aout 1984. Artiste et Graphiste passionné par la liberté de l’art et de l’expression. Il commencé à se former tout seul en Art et en Art graphique. Après ses études secondaires, il a suivi des cours approfondi en Graphic Design en 2010. En 2011, il décide de se réfugier à l’École Nationale des Arts pour poursuive ces études en Arts Plastiques pour mieux appréhender le monde de l’art et pour transformer les différentes expressions en oeuvres d’arts.

Février 2013, il a participé comme assistant du scénographe et photographe Roberto Stephenson au montage de l’exposition «Haïti Royaume de ce Monde» à JACMEL, en Juin 2013 il a réalisé la scénographie de l’exposition «Lumières et Rythmes dans les Caraïbes» à l’INSTITUT FRANÇAIS D’HAITI. Avril 2014, Il a participé dans un stage de formation et d’échange avec les étudiants et les professeurs de L’ENSAV Lacambre de Bruxelles (Plan commun HAITI-BELGIQUE). Il à participer à un séminaire en muséologie avec les professeurs du Collège Mont Morency du Québec à l’Université Quisqueya dans le but de transformer la maison du défunt artiste TIGA en musée. Décembre 2014, il a réalisé la scénographie de l’exposition «A la croisée des Chemins» avec les étudiants de la 4e année des Arts plastiques de L’ENARTS à l’HOTEL VILLA THERESE.

Il a participé à plusieurs expositions telles que: GADE’N exposition de dessin de reportage avec le dessinateur Allemand Sébastien Loerscher a L’ENARTS. Mars 2014 Plan commun Haïti-Belgique a la FOKAL. Juillet 2014 il a exposé à l’Ambassade des États-Unis en Haïti. Décembre 2014 il a exposé à l’Hôtel Villa Thérèse de Pétion Ville.

Actuellement en 4e Année des Arts Plastiques à L’École Nationale des Arts (ENARTS), et membre de Klorat Biz’Art qui est un groupe d’artistes qui prône les arts contemporains.

CONTACT:
+1 509 3110 9119
pndreg@gmail.com
http://pierreandregilles.blogspot.com

Contact the artist for more details about his work.

Our physical attributes were solely designed for the purpose of identification and at best to underline our uniqueness in a world of many beings. However, out of egocentrism, we have decided to utilize them in order to outline our differences with the intent to disparage others qualities thinking that would in turn enhance ours. The notion of races illustrates such an assertion as categorizing human beings into groups based on skin colors and physical attributes establishes such distinctions which later evolve into prejudices. Our competitive nature takes over to pit one group against another contending that one is superior to the other.
The longer we persist in acknowledging and creating disparities that set us apart instead of finding and enjoying similarities that bind us, the schism of racism will survive and continue to make our lives intolerable. Relying on the next person to initiate the process will definitely not solve the problem. It is really up to each one of us to either continue to entertain the disgusting conundrum of racism or put the matter to rest once and for all. The article presented in this section validates my viewpoint in a comprehensible manner with a simple collection of pictures. Please view them for an eye-opening edification that will make the topic of racism obsolete.                [Maryse C. Elysee]

 Startling Photos Of Twins Reveal The Total Absurdity Of Racism (IMAGES)

By Elisabeth Parker March 3, 2015 8:21 pm –

SOURCE: Addicting Info

Mixed race twins with different skin colors is a one-in-a-million phenomenon, but they do exist. And these unique sets of siblings tend to make splashy headlines.
This week, the Internet’s all abuzz over Lucy and Maria Aylmer, the mixed race twins who say nobody believes they’re sisters. We can see why: The odds of having twins is around one in 350 to one in 400, and the odds that a pair of twins will have different skin colors is one in 500. Their dad Vince is white and their mom Donna is black. But instead of looking like a blend of both races — as many mixed race children do — Lucy has pale skin and straight, ginger-colored hair while Maria has a café au lait complexion and abundant black curls.
But given that both young women have the same parents, and that their mother may come from mixed race descent, calling one “white,” and the other “black” seems somewhat ridiculous. Where does “white” end, and where does “black” begin?


Maria told the Daily Mail:
‘No one ever believes we are twins. Even when we dress alike, we still don’t look like sisters, let alone twins.’
Lucy adds that they’ve also got three older siblings with varying skin tones.
“Our brothers and sisters have skin which is in between Maria and I. We are at opposite ends of the spectrum and they are all somewhere in between.”
The Daily Mail adds that the Aylmer’s mother comes from Jamaica and hence also may be of mixed descent, increasing the chances of passing down “white” genes.
People with Afro-Caribbean heritage often have some European DNA, dating back in many cases to the slave trade. This increases the chance of them passing on a gene for white skin to at least one twin.

Here’s a clip with Maria and Lucy Aylmer on ITV’s Good Morning Britain.


When the interviewer asked when they started to realize their family was “anything but ordinary,” Maria replied:
‘It is what it is. We never even picked up on it until friends started talking about it at school.’

More photos of mixed race twins with different skin colors.
Mixed race twins with different skin colors come few and far between. But a quick Google search reveals we’ve got more of them than you might think.

Featured image: Screen grab/Google image search results for “mixed race twins different colors.”


Le problème haitiano-dominicain continue de faire la une des nouvelles. Je m’en voudrais donc de ne pas soumettre à votre attention et vos réflexions, tout comme Louis Mercier de Facebook a eu la courtoisie de le faire il y a quelques jours, ce texte de Michel Soukar, espérant qu’il vous ouvrira les yeux et vous invitera à analyser la situation avec un plus d’objectivité. Je me garderai bien de vous faire part de mes impressions personnelles préférant vous laisser le loisir de tirer vos propres conclusions.

IDEES DE LECTURE - MICHEL SOUKARENTRETIENS AVEC L’HISTOIRE, Tome 3, pages 156-157 de MICHEL SOUKAR

IDEES DE LECTURE 02-Éléments d’aperçu sur la formation historique des bourgeoisies dominicaine et haïtienne-

Le 21 aout 1937, à l’occasion d’un banquet offert par le Nonce Apostolique à la délégation dominicaine aux fêtes de la «Seconde indépendance haïtienne» à Port-au-Prince, Julio Frier, alors secrétaire d’état dominicain de la justice, exposa au Président d’Haïti Sténio Vincent que son gouvernement ne pouvant incarcérer tous les illégaux haïtiens avait dû organiser des camps de concentration dans la région frontalière où une ration de 10 centimes était allouée à chaque haïtien. Vincent demanda au ministre dominicain si cette somme suffisait à nourrir un haïtien pendant une journée. Frier répondit par l’affirmative. Alors, Vincent répliqua: «Dans ce cas, nous vous enverrons plusieurs milliers d’autres haïtiens.» Ce dialogue est rapporté par Bernado Vega dans «Trujillo et Haïti» (1930-1937). On peut aussi consulter «Documentos del conflicto dominicao-haitiano de 1937» de José Israel Cuello (1985)

Le 6 novembre 1945, Manuel Arturo Peña Batle, ex-ministre des Affaires Etrangères de la République dominicaine écrivait à son homologue cubain Jorge Manach: «Haiti ne peut et ne pourra pas résoudre ses propres problèmes fondamentaux. Les problèmes haïtiens pèsent aussi lourdement sur nos épaules que nos propres problèmes à nous dominicains. La paupérisation, la misère et l’incapacité des 4 millions d’haïtiens à produire des biens et des services sur une portion de l’île privée de couverture végétale, sans ressource minière ou industrielle exploitable constituent fatalement pour notre pays une menace tragique et permanente de pénétration massive vers les centres fertiles et productifs de l’île que ne peuvent, ni ne doivent, ni ne veulent ignorer les dominicains d’aujourd’hui sous peine de conspirer nous-mêmes contre le bonheur et la tranquillité présente et future de notre peuple.» (cité par Andrés Bobadilla dans «El embargo a Haití» – Listin Diario du 3 novembre 1993)

En 1972, des négociations avaient été menées et approchaient d’une conclusion d’un accord commercial entre les 2 pays. Ce projet avorta à la suite de l’exigence des hommes forts du pouvoir duvaliériste qui voulaient voir l’intégration des échanges passer par des personnes désignées par eux. Le gouvernement de Joaquim Balaguer et les représentants de la bourgeoisie dominicaine constatèrent que les dirigeants haïtiens n’étaient pas au stade capitaliste.

IDEES DE LECTURE 03



IDEES DE LECTURE 04


  1. SKOUSEN, W. CLEON - The Naked Communist

(In 1958)-CURRENT COMMUNIST GOALS:

  1. U.S. acceptance of coexistence as the only alternative to atomic war.
  2. U.S. willingness to capitulate in preference to engaging in atomic war.
  3. Develop the illusion that total disarmament [by] the United States would be a demonstration of moral strength.
  4. Permit free trade between all nations regardless of Communist affiliation and regardless of whether or not items could be used for war.
  5. Extension of long-term loans to Russia and Soviet satellites.
  6. Provide American aid to all nations regardless of Communist domination.
  7. Grant recognition of Red China. Admission of Red China to the U.N.
  8. Set up East and West Germany as separate states in spite of Khrushchev’s promise in 1955 to settle the German question by free elections under supervision of the U.N.
  9. Prolong the conferences to ban atomic tests because the United States has agreed to suspend tests as long as negotiations are in progress.
  10. Allow all Soviet satellites individual representation in the U.N.
  11. Promote the U.N. as the only hope for mankind. If its charter is rewritten, demand that it be set up as a one-world government with its own independent armed forces. (Some Communist leaders believe the world can be taken over as easily by the U.N. as by Moscow. Sometimes these two centers compete with each other as they are now doing in the Congo.)
  12. Resist any attempt to outlaw the Communist Party.
  13. Do away with all loyalty oaths.
  14. Continue giving Russia access to the U.S. Patent Office.
  15. Capture one or both of the political parties in the United States.
  16. Use technical decisions of the courts to weaken basic American institutions by claiming their activities violate civil rights.
  17. Get control of the schools. Use them as transmission belts for socialism and current Communist propaganda. Soften the curriculum. Get control of teachers’ associations. Put the party line in textbooks.
  18. Gain control of all student newspapers.
  19. Use student riots to foment public protests against programs or organizations which are under Communist attack.
  20. Infiltrate the press. Get control of book-review assignments, editorial writing, policymaking positions.
  21. Gain control of key positions in radio, TV, and motion pictures.
  22. Continue discrediting American culture by degrading all forms of artistic expression. An American Communist cell was told to “eliminate all good sculpture from parks and buildings, substitute shapeless, awkward and meaningless forms.”
  23. Control art critics and directors of art museums. “Our plan is to promote ugliness, repulsive, meaningless art.”
  24. Eliminate all laws governing obscenity by calling them “censorship” and a violation of free speech and free press.
  25. Break down cultural standards of morality by promoting pornography and obscenity in books, magazines, motion pictures, radio, and TV.
  26. Present homosexuality, degeneracy and promiscuity as “normal, natural, healthy.”
  27. Infiltrate the churches and replace revealed religion with “social” religion. Discredit the Bible and emphasize the need for intellectual maturity which does not need a “religious crutch.”
  28. Eliminate prayer or any phase of religious expression in the schools on the ground that it violates the principle of “separation of church and state.”
  29. Discredit the American Constitution by calling it inadequate, old-fashioned, out of step with modern needs, a hindrance to cooperation between nations on a worldwide basis.
  30. Discredit the American Founding Fathers. Present them as selfish aristocrats who had no concern for the “common man.”
  31. Belittle all forms of American culture and discourage the teaching of American history on the ground that it was only a minor part of the “big picture.” Give more emphasis to Russian history since the Communists took over.
  32. Support any socialist movement to give centralized control over any part of the culture–education, social agencies, welfare programs, mental health clinics, etc.
  33. Eliminate all laws or procedures which interfere with the operation of the Communist apparatus.
  34. Eliminate the House Committee on Un-American Activities.
  35. Discredit and eventually dismantle the FBI.
  36. Infiltrate and gain control of more unions.
  37. Infiltrate and gain control of big business.
  38. Transfer some of the powers of arrest from the police to social agencies. Treat all behavioral problems as psychiatric disorders which no one but psychiatrists can understand or treat.
  39. Dominate the psychiatric profession and use mental health laws as a means of gaining coercive control over those who oppose Communist goals.
  40. Discredit the family as an institution. Encourage promiscuity and easy divorce.
  41. Emphasize the need to raise children away from the negative influence of parents. Attribute prejudices, mental blocks and retarding of children to suppressive influence of parents.
  42. Create the impression that violence and insurrection are legitimate aspects of the American tradition; that students and special-interest groups should rise up and use “united force” to solve economic, political or social problems.
  43. Overthrow all colonial governments before native populations are ready for self-government.
  44. Internationalize the Panama Canal.
  45. Repeal the Connally reservation so the United States cannot prevent the World Court from seizing jurisdiction over domestic problems. Give the World Court jurisdiction over nations and individuals alike.

Click on pictures to access stories.


SAK PASE BO LAKAY 06


• MAY 2015

JUDITH SALOMON DARUCAUD – Artist, portraitist

36I am a self-taught artist who simply put, “took to art” as soon as I could hold a crayon.

Immersing myself in my paintings allows me to pursue my passion and release creative energy. From the moment I pick up my brush, I am transported to this perfect Eden where it is just me, my canvas and endless possibilities. There is buried inside my spiritual shell, a sun worshiper, storm chaser, and desert wanderer longing to unearth all of the mysterious and infinite truths of the universe for transference to my canvas.

My preferred mediums are oils and acrylics. I love painting portraits, abstracts, nudes, landscapes, and seascapes, etc. However, portraiture is fast becoming my first love due to my affinity for capturing people’s expressions of “joy and pain” or as I prefer to say “sunshine and rain.”

AREAS OF SPECIALTY:
• Portraits
• Sketches
• Nudes
• Land and seascapes
• Abstracts
• Caricatures
• Cartoons
Reproductions available

CONTACT:
STUDIO 18 IN THE PINES – STUDIO #4
1101 Poinciana Drive, Pembroke Pines, FL 33025
786-797-4498 – jdarucaud@gmail.com

This slideshow requires JavaScript.

Contact the artist for more details about his work.

Veuillez cliquer sur les images pour lire les détails.

LOT BO DLO 01


Click on pictures to access stories.


Bo lakay 01

 

• APRIL 2015

Nomination bafouée de Margaret Papillon au Astrid Lindgren Award 2015

Margaret Papillon est le seul auteur haïtien à consacrer une bonne partie de son œuvre littéraire à la jeunesse de son pays. Aussi, ce n’est pas sans raison que le Swedish Arts Council trouva cause d’approuver sa candidature et la nomina d’emblée pour le Astrid Lindgren Memorial Award (ALMA), édition 2015. A noter que ce serait la première fois que notre pays aurait le privilège de participer à un concours égalant le Prix Nobel en prestige. Malheureusement, pour des raisons encore obscures, l’agent de liaison de la IBBY (International Board on Books for Young People) en Haïti informa ALMA qu’elle n’assumait pas la responsabilité de la nomination de Margaret Papillon, ainsi confirmant le retrait d’Haïti à cette illustre compétition globale. La section IBBY d’Haïti est l’organisme affecté à la promotion de la littérature jeunesse du pays. Une pétition a été lancée pour élucider les dessous de cette incompréhensible affaire et solliciter du coup la reconsidération de prochaine nomination de nos bien-aimées auteure et nation. Nos vœux de plein succès les accompagnent dans cette pertinente entreprise.                                                                                                                                                               [Note from the Editor – You may click on the live links for further information]

Petition 2
Click here to sign the petition. Don’t forget to invite others to do the same. Thanks for rallying behind this cause.

The Astrid Lindgren Memorial Award (ALMA) is the world’s largest award for children’s and young adult literature. The award amounts to SEK 5 million and is given annually to a single laureate or to several. Authors, illustrators, oral storytellers and reading promoters are eligible for the award, which is designed to promote interest in children’s and young adult literature. The UN Convention on the Rights of the Child is the foundation of our work. An expert jury selects the laureate(s) from candidates nominated by institutions and organisations all over the world. The Astrid Lindgren Memorial Award was founded by the Swedish government in 2002 and is administrated by the Swedish Arts Council.


 LISTE DE ROMANS JUVENILES DU MEME AUTEUR:

• MARCH 2015

La Légende de Quisqueya I & II

de Margaret Papillon

La Légende de Quisqueya I Suite à un pari, quatre adolescents, Ralph, Christine, Ruddy et Leïla, se lancent à la conquête du pic Macaya, haut de 2400 mètres. En cours de route, ils rencontrent un vieux griot qui s’oppose à ce projet. Ce dernier leur parle de la mystérieuse disparition de tous ceux qui se sont entêtés à atteindre le sommet du pic. Pour prouver ses dires, il leur raconte une étrange légende vieille de cinq cents ans, La Légende de Quisqueya. Nos jeunes intrépides font fi de cette mise en garde. Malgré le froid et la fatigue, ils réussissent à atteindre le sommet du pic. Mais, soudain, au moment d’y planter le drapeau de la victoire, le sol se dérobe sous leurs pieds… Dans un hurlement de détresse, ils effectuent, à une vitesse vertigineuse, un extraordinaire voyage au centre de la Terre, puis se retrouvent dans un coin de paradis qui leur est totalement inconnu. Nos jeunes amis pourront-ils échapper à la terrible légende de Quisqueya ? Pourront-ils s’enfuir de l’île jumelle d’Haïti ? La Légende de Quisqueya II Quelques années après sa grande aventure dans le territoire sacré de Quisqueya, la bande des quatre décide de se rendre à nouveau dans l’île jumelle, car Ralph veut demander au grand cacique Bohéchio la main d’Anacaona la petite princesse de son cœur. Sa part d’île devenue paradisiaque, il a enfin le droit d’épouser celle qu’il aime depuis si longtemps. Nos jeunes aventuriers sont heureux d’entreprendre ce voyage. Mais, arrivés à destination, une surprise de taille les attend. La cité secrète est tout à fait déserte. Mais où se trouve donc la tribu arawak ? Quel drôle de mystère entoure cette soudaine disparition ? Partis à la recherche des Taïnos, nos amis tombent dans une embuscade et sont faits prisonniers en plein milieu de la forêt… Que va-t-il se passer ? Nos héros pourront-ils à nouveau se tirer de ce mauvais pas ? Ralph pourra-t-il épouser la princesse indienne ? Xaragua, la cité perdue, fait suite à la Légende de Quisqueya qui, par sa dimension humaniste, est incontestablement un des livres-clefs de la littérature jeunesse en Haïti et jouit depuis sa parution d’un phénoménal succès de librairie. « Votre imagination est une grâce du ciel et je vous l’envie ! » Jean Fouchard (correspondance avril 1988)

 

 

 


 

 

 

Click on pictures to read the appropriate articles.

February 22, 2015

Chers compatriotes, je comprends votre colère, votre indignation et votre patriotisme. C’est une chose que de brûler le drapeau dominicain; c’en est une autre d’escalader les murs et le toit du consulat dominicain ou de n’importe quel autre État pour en descendre le drapeau et hisser à sa place le drapeau national.

Sachez qu’Il est des règles et des conventions auxquelles les nations ont souscrit et quelles se doivent de respecter ou risquer les condamnations de la Communauté internationale.

Faites-vous confectionner des drapeaux dominicains, achetez vous-en mais de grâce ne violez pas l’enceinte d’une mission diplomatique parce que vous êtes en colère (si sainte que soit votre colère) pour y remplacer son emblême. C’est un incident diplomatique grave et qui n’est pas sans conséquences.

Imaginez un moment que les militaires dominicains qui assuraient la protection de la mission avaient décider d’empêcher cet homme de commettre cet acte et lui avait tiré dessus et tué. Certes la foule, plus nombreuse, certainement serait venue à bout de ces trois ou quatres agents de sécurité en les lynchant pour venger Jean Claude Harry, l’Haïtien lâchement pendu sur une place de Santiago, RD. Eh bien, ce soir nous aurions sur les bras un grave incident diplomatique aux proportions et conséquences incalculables, inimaginables…

En cette année 2015, il est regrettable de constater (cent ans après l’entrée d’une foule en colère à la Légation de France au Champ de Mars, à Port-au-Prince, pour en extraire le président Vilbrun Guillaume Sam qui y avait pris refuge–M. Sam fut livré en ce jour fatidique à la populace pour être lynché) que des Haïtiens soient en train de répéter, à un siècle d’intervalle, les mêmes erreurs qui avaient débouché à l’invasion et l’occupation d’Haïti par les marines Des Etats-Unis–occupation humiliante comme toute occupation d’aillleurs–et qui avait duré 19 longues années. Ce vendredi 27 février, la RD célèbre le 167e anniversaire de son indépendance vis-à-vis d’Haïti, de grâce, n’offrez aux Dominicains aucune occasion de prendre la revanche dont nombre de secteurs ultranationalistes de l’autre côté de la frontière rêvent depuis la chute du président Jean-Pierre Boyer, le seul chef d’État haïtien à voir dirigé l’île entière depuis Toussaint Louverture. Protestez, brûlez des drapeaux dominicains pour exprimer votre juste colère et votre indignation, mais ne touchez pas au Consulat ni au siège de l’ambassade dominicains en Haïti, car c’est un casus belli. Caveant Consules !

Jacques Jean-Baptiste

Condamnations de l’attaque du consulat dominicain –    Le Nouvelliste | Publié le : 25 février 2015

Regine Kwaku Stewart
2 mars 2015

Quand on manque de respect pour soi-même, il est très difficile d’être respecté par les autres. Avec les issues entre la République République Dominicaine et la République d’Haïti, il est à constater que les drapeaux des deux pays sont ternis de part et d’autre. En signe de protestation contre la présence des haïtiens en terre dominicaine, après l’injuste massacre du jeune cireur de bottes de 35 ans, un citoyen dominicain a brulé le drapeau haïtien. Lors de la marche pour montrer le mécontentement du peuple haïtien face aux mauvais traitements que subissent bon nombre d’haïtiens en République République Dominicaine, non seulement le drapeau dominicain à son tour a été brulé mais le Consulat Dominicain a été souillé. Tout comme plusieurs dominicains ont applaudi le comportement de ce personnage qui a brulé le drapeau haïtien ; du côté des haïtiens, certains ont fait de même face à l’attitude de cet homme assaillant le territoire dominicain qu’est son Consulat et sont plutôt satisfait de voir le drapeau dominicain en cendre.

Un drapeau représente l’emblème d’une Nation. Il a une très grande valeur aux yeux de tous ceux qui appartiennent à cette nation. Le voir souillé, le voir dénigré, le voir brulé ne peut qu’indigner son peuple. Mais quand ce sont les propres membres d’une même Nation qui s’entretuent ou encore qui se font du tort à tout bout de champ, le problème est d’autant plus grave.

En réflexion, que peut dire un peuple qui utilise son drapeau comme bon lui semble ; le porte comme vêtement de bain ou le symbole de l’armoirie nationale à peine recouvre l’organe sexuelle d’une jeune femme ou encore l’affiche un peu plus bas que le coccyx; l’utilise comme mouchoir pour essuyer la sueur qui coule de son front lors d’une festivité.

Tout ceci arrive parce qu’un peuple se dit indigner par le traitement que subit ses frères en terre étrangère. Ce serait un comportement rationnel qui aurait le support de tout le monde ayant une compréhension philanthropique et également le discernement de ce que représente une Nation ; seulement et si seulement ce peuple demain matin ne se mettrait pas dans les rues et n’hésiterait pas une seconde de mettre un pneu au cou de son frère comme on met un collier à un animal avant de l’emmener à l’abattoir et en une seconde prêt, de l’arroser de gazoline avant d’y mettre du feu. Un peuple qui n’a aucune notion de ce qu’est de gouverner, ou la présidence est une chaise musicale ; à qui le premier qui arrive à s’assoir. La mendicité est devenue pratique courante. Même sur les réseaux sociaux, certains quémandent ou soutirent des sous à tout un chacun. Des va-nu-pieds font la une s’efforçant de trouver des astuces pour voler ou piller ses frères.

L’indignation devrait commencer chez soi. Nous avons le droit sacré de nous indigner du traitement que subit nos frères et sœurs en terre étrangère. Nous avons le droit de nous révolter face à un comportement inhumain dont nos frères sont l’objet. Mais nous avons aussi le devoir de gérer nos problèmes avec intelligence. Trop longtemps nous nous sommes laissé voguer sur les mers de l’insouciance. Trop longtemps nous avons perdu la barre de direction menant vers le progrès et la démocratie. Nous confondons anarchie et démocratie. Tout ce qui est stationnaire régresse ; n’en parlons pas pour un peuple qui s’amuse à briser, à détruire tout ce qui a été construit, et ceci pour le bien d’une supposée démocratie.
En effet, le respect ne s’obtient que quand on se respecte soi-même. Et mes chers frères et sœurs, seulement certaines actions forcent le respect, c’est sure que ce n’est pas l’anarchie, le trouble, ou le ôte toi que je m’y mette.

RCoicou

GRAPEVINE 07

GRAPEVINE 11


ll

GRAPEVINE 10


m


 

 

BO LAKAY 17GRAPEVINE 15


Veuillez cliquer sur les images pour lire les détails.

LOT BO DLO 09LOT BO DLO 08

LOT BO DLO 07LOT BO DLO 06

LOT BO DLO 05LOT BO DLO 04LOT BO DLO 02

 


LOT BO DLO 03
Pope Francis Surprises Homeless Visitors During Private Vatican Tour

LOT BO DLO 01The Vatican opened its doors today to the homeless of St. Peters’ Square, allowing the people who usually only see its steps outside to observe its beauty inside, and were greeted by Pope Francis himself.

A group of 150 homeless men and women took a guided tour of the museum and gardens and received dinner in the Vatican Museum’s cafeteria. They also were invited to pray in the Sistine Chapel, where the pope made an unannounced visit.

“This is everyone’s house: it’s your house. The door is always open for all,” Francis reportedly said as he shook their hands.

Read more here.

GRAPEVINE 09


GRAPEVINE 08


GRAPEVINE 12GRAPEVINE 13GRAPEVINE 04GRAPEVINE 09GRAPEVINE 08GRAPEVINE 11GRAPEVINE 10

 


GRAPEVINE 05


GRAPEVINE 03 GRAPEVINE 01


GRAPEVINE 02


From my friend Jacqueline Murray

The Secrets of Aging

This slideshow requires JavaScript.

GRAPEVINE 14


Click on pictures to read the appropriate articles.

GRAPEVINE 06

GRAPEVINE 13


 

GRAPEVINE 12


 

l

• FEBRUARY 2015

 

Click on pictures to read the appropriate articles.

GRAPEVINE 01


GRAPEVINE 05

GRAPEVINE 02

Click on picturestoaccessstories.

BO LAKAY 16


Aussi surprenant que cela paraisse,
« le pays maudit » est vêtu d’un manteau d’or.

BO LAKAY 02


BO LAKAY 11


BO LAKAY 03


 “Un pays ne se développe pas uniquement que par son gouvernement, mais aussi par l’ingéniosité de ses concitoyens et de leur savoir-faire, par une conscience sociale et le goût du bon et du beau…”BO LAKAY 04


BO LAKAY 08


BO LAKAY 09


BO LAKAY 10

BO LAKAY 08


 

BO LAKAY 07


BO LAKAY 04


Zaboka dominiken!

Daly Valetby Daly Valet

Lè m te timoun, kou m fin pran kanè nan fen mwa jen nan lekòl Kay Frè vil Jeremi, manman m te toujou voye m andeyò al pase 3 mwa vakans dete a ak granmè m.

Pou ki sa nou rele zòn riral yo andeyò e peyizan yo moun andeyò, m pa konnen. Anfèt m ap pran pòz m pa konnen men ofon m konnen byen pwòp. Se jis eksklizyon sosyal. Men se pa deba sa m vle fè la. M jis vle pale de zaboka.

Le m te konn al pase vakans andeyò, se tankou m te nan paradi. Zaboka, mango, mayi boukannen, kokoye, gwayav, korosol, fig mi, lam veritab, yanm, kafe, bèf, kabrit, poul, ti zwazo…tout sa yo te fè kenken nan demè kay grann mwen. Se te yon gran lakou kote tout bèt, fri, legim ak viv te disponib… Zaboka tout varyete tèlman te anpil se ak sa grann mwen te konn grese kochon kreyòl li yo. Lakay plen zaboka, kay vwazen grann mwen yo chaje zaboka…Kay tout moun se te gran lakou ak tout sa yon moun bezwen pou w viv. Se te lavi nan paradi tankou imaj nan liv “Réveillez-vous” temwen Jehovah yo.

Lè m ap panse a tan sa yo kounye a, m rann mwen kont se moun lavil yo ki t ap viv andeyò. Andeyò bèl vi ak lanati nan kanpay. Kote bèl vi sa pase ? Ebyen nou tout konnen sa Ayiti tounen jodi a : yon retay bon twal !

Kote zaboka nou yo ? Kote zaboka nou yo ki bon pase fwomaj yo ?

Machann nan lari ak nan makèt Potoprens se zaboka ki soti Sen Domeng pi fò ap vann. Zaboka Sendomeng menm. Sa k pase peyi nou an menm ? M renmen zaboka anpil. Men zaboka Sendomeng yo san gou, yo di e yo gwo. Bèl flè san zodè. Le w goute zaboka sa yo se tankou yo fèt nan laboratwa ak moso papye mouye melanje ak bè kizin enferyè.

Jodi a gen yon zanmi ki mande m nan ki mwa m fèt. Mwen di l mwen pa fèt nan mwa e ke se nan epòk mwen fèt. Li replike pou l di m kijan se nan epòk mwen fèt la. Mwen repete pou li m pa fèt nan mwa, mwen fèt nan epòk…..epòk zaboka. Donk se yon fason pou m te montre zanmi an jan m renmen zaboka. Anfèt se laverite, paske lè m te konn al pase vakans kay grann mwen andeyò nan epòk zaboka an ete, se konm si m te refèt ankò chak fwa.

Vwala kounye a m ap viv nan yon epòk kote se zaboka enpòte soti Sendomeng ki anvayi peyi m nan. Tris pou Ayiti.

Si bon zaboka nou yo te konn fè m santi m fenk fèt e ke m ap viv bèl vi lè m te timoun, pandan m granmoun nan la vye zaboka dominiken ki anvayi Ayiti yo, fè m santi m ap mouri.


BO LAKAY 06


 

 

BO LAKAY 03


BO LAKAY 02


BO LAKAY 01

 


BO LAKAY 05


BO LAKAY 12


BO LAKAY 14


BO LAKAY 13

• JANUARY 2015

MIMI DESIR, Plastician

ART 00Born in 1962, Mimi Desir is an emerging artist who studied at the George Washington University, Montgomery College, and University of Maryland. Her paintings have been annotated in 2013 in “PRESENCE FEMININE DANS L’ART HAITIEN”, by art historian Marie Alice Theard. In 2014 she exposed her works with the group Haitian Artists Assembly of Massachusetts and at Harvard University in Massachussetts. Her current work embraces a wide range of subjects. She resides in the Boston area and visits Haiti frequently. Her slogan “MY ART IS MY VOICE” derives from her life struggles and how she overcame them. She had done solo and group exhibits. Her work is sold in the U.S., Canada, and Haiti and can be seen at: 

Contact Mimi at:

  • legendmyname@gmail.com
  • SHOWROOM IN ATTLEBORO, MA – 774-219-6429