• FEB 2015 – Carl Craig, Artist

ARTIST STATEMENT:

“My aspiration is to expose the mystery, humility, intrigue, and exoticism of the Haitian Culture through my art. The ultimate joy is to share my works with the international audience”.

Born in Haiti, moved to New York with his family at the age of 15. He served honorably in the U.S. Air Force (active duty & Reserves) for more than 5 years. He pursued a Bachelor of Science Degree in Finance and International Business at Florida International University.

After a successful career on the financial markets for 16 years, Carl ended his vocation on “Wall Street” and decided to apply his experience and acumen in international consulting.

As an international consultant, he worked with the transition government under the leadership of Prime Minister Gérard Latortue . One of his first duties was to organize, along with other Consultants, the “Game for Peace” between the Brazilian and Haitian national soccer teams. This game remains one of the most successful events supported by FIFA. Carl negotiated with community leaders in the infamous slums of Cité Soleil where he introduced various programs such as The Integration for Social and Economic Development.

As senior consultant, Carl participated in the conception and implementation of the Programme de Déconcentration de Port-au-Prince introduced by the “Ministère de l’ Intérieur & des Collectivités Territoriales”

Despite his successes in the financial markets and as an international consultant, Carl has chosen to walk away from all the power and structure to satisfy his thirst for creativity by unleashing his talent in the arts: painting, photography and music. As a self-taught artist, he brilliantly and skillfully captures the beauty that is embedded in Haitian culture.

His belief is that hope lies in the human spirit and, by capturing the balance between delicate facial expressions and body language of his subjects, his message can be conveyed.

Saint-Valentin quand tu nous tiens…

 KILTI BÒ LAKAY – Us & coutumes de chez nous sous la plume de Myria Charles, alias Sister M* dans TICKET, une chronique du quotidien Le Nouvelliste

KILTI BO LAKAY 01

Si j’étais responsable de presse de l’un des candidats retenus, je leur proposerais de faire imprimer leur photo ou leur emblème sur des paquets de M&M à l’occasion de la Saint Valentin.

Imaginez le résultat: un paysan qui ne sait pas pourquoi on mange du chocolat le 14 février se retrouverait avec ce petit sachet de douceurs en mains, à se demander si ces petites graines sont «la réponse», si cela vaut le coup de les semer au risque d’en récolter de la bouse de vache? Un autre croirait que ce sont des graines pour assotor, et qu’il faut en manger seulement à l’intérieur du péristyle, objet de la photo sur le paquet!

La scène se déroule la veille, le jour-même, un peu partout… dans les supermarkets, les magasins, les rues, chez la fleuriste, au restaurant, etc.

Ma question est celle-ci: s’il faut un produit fondant ou périssable pour exprimer un sentiment ou sa profondeur de celui-ci, peut-on espérer que le sentiment soit plus durable et plus solide que ledit produit?

Hein hein, accusez-moi donc de cynisme ! Dites que je suis blasée. Zafè! Il n’en demeure pas moins que je considère ridicule de gaver votre dulcinée de chocolat le jour de la St. Valentin, pour ensuite vous mettre à la comparer, quelques mois plus tard, à une publicité de Michelin. Ou bien pour soupirer – alors que vous êtes en sa compagnie chaque fois que vous voyez passer une silhouette svelte portant des vêtements collants…

Oui c’est agréable de recevoir des fleurs à la St. Valentin. D’ailleurs, j’en attends et je veux en recevoir. Mais quelle est la finalité du plaisir en ce jour ? Savoir que je compte pour l’ami ou l’amant? C’est bien beau. Et les trois cent soixante-quatre jours restants (quand l’année n’est pas bissextile bien sûr!)

Aller souper en tête à tête ce soir-là, dans un restaurant chic si possible, hummmm, le délice.

Vous voyez? Je sais apprécier. J’ai même de très bons souvenirs du Saint (et des kilos bien attachants, du genre inséparables d’avec ma chère personne).

Est-ce l’âge qui me rend raisonnable (ou gaga)? Fort possible. Je confirme que je n’ai absolument rien contre tout ce qui procure de la joie à l’occasion de cette fête de l’amour et de l’amitié. Ce que je déplore par contre, c’est l’absence de continuité. L’amour est le moteur de la vie. Tout comme il y a la saison pré-carnavalesque, la saison de l’Avent, les vendredi du Chemin de Croix avant Noël etc. j’aurais souhaité que l’amour se célèbre plus souvent et plus longtemps qu’en vingt-quatre heures. Le chocolat ne cause pas que des ballonnements, il est aussi un bon antistress. En recevoir de temps en temps de l’être aimé apportera, en plus des calories, un peu plus de chaleur et de douceur dans la relation.

Et les fleurs? Ah ! N’était-ce à cause du sentiment d’habiter à l’intérieur d’une tombe, je m’en ferais volontiers livrer tous les deux matins! Mais comme je fais cavaliera sola pour le moment, la note des commandes serait trop salée pour mon budget, et au rythme de quinze commandes par mois, je finirais par mourir de pauvreté si ce n’est d’hypertension! Bon, si votre amoureux veut soutenir le protocole, il peut toujours vous offrir une plante que vous aurez la tâche d’arroser tous les jours pour la maintenir aussi vivante que votre relation. Moi je veux bien opter pour le restaurant. Disons plutôt le petit souper. A défaut de restaurant, un poulet boukannen, une fritaille, et si comme moi vous êtes granmoun chez vous, un petit diner aux chandelles de temps en temps, pas besoin de mettre les petits plats dans les grands, mézi lajan-w mézi wanga-w.

De vous à moi, il a fallu que j’utilise le mot wanga pour me rappeler l’introduction de cette rubrique dans laquelle j’avais mentionné de péristyle! Ciel! l’amour m’a fait perdre la tête! Pas mauvais hein, c’est la saison, c’est la Saint Valentin. Oui, je me disais justement que les candidats pourraient faire acte et preuve d’amour, fusionner leurs emblèmes sur les dits sachets et créer un nouveau label: de M&M on passerait à MiMa & MiMa! Vive l’amour!

CHARLES, MYRIA - DE VOUS À MOI , Tome II

 

Click on pictures to accesss stories.

 “Un pays ne se développe pas uniquement que par son gouvernement, mais aussi par l’ingéniosité de ses concitoyens et de leur savoir-faire, par une conscience sociale et le goût du bon et du beau…”BO LAKAY 04

 

BO LAKAY 16


Aussi surprenant que cela paraisse,
« le pays maudit » est vêtu d’un manteau d’or.

BO LAKAY 02


BO LAKAY 11


BO LAKAY 03

 

BO LAKAY 08


BO LAKAY 09


BO LAKAY 10

BO LAKAY 08

BO LAKAY 07


BO LAKAY 04


Zaboka dominiken!

Daly Valetby Daly Valet

Lè m te timoun, kou m fin pran kanè nan fen mwa jen nan lekòl Kay Frè vil Jeremi, manman m te toujou voye m andeyò al pase 3 mwa vakans dete a ak granmè m.

Pou ki sa nou rele zòn riral yo andeyò e peyizan yo moun andeyò, m pa konnen. Anfèt m ap pran pòz m pa konnen men ofon m konnen byen pwòp. Se jis eksklizyon sosyal. Men se pa deba sa m vle fè la. M jis vle pale de zaboka.

Le m te konn al pase vakans andeyò, se tankou m te nan paradi. Zaboka, mango, mayi boukannen, kokoye, gwayav, korosol, fig mi, lam veritab, yanm, kafe, bèf, kabrit, poul, ti zwazo…tout sa yo te fè kenken nan demè kay grann mwen. Se te yon gran lakou kote tout bèt, fri, legim ak viv te disponib… Zaboka tout varyete tèlman te anpil se ak sa grann mwen te konn grese kochon kreyòl li yo. Lakay plen zaboka, kay vwazen grann mwen yo chaje zaboka…Kay tout moun se te gran lakou ak tout sa yon moun bezwen pou w viv. Se te lavi nan paradi tankou imaj nan liv “Réveillez-vous” temwen Jehovah yo.

Lè m ap panse a tan sa yo kounye a, m rann mwen kont se moun lavil yo ki t ap viv andeyò. Andeyò bèl vi ak lanati nan kanpay. Kote bèl vi sa pase ? Ebyen nou tout konnen sa Ayiti tounen jodi a : yon retay bon twal !

Kote zaboka nou yo ? Kote zaboka nou yo ki bon pase fwomaj yo ?

Machann nan lari ak nan makèt Potoprens se zaboka ki soti Sen Domeng pi fò ap vann. Zaboka Sendomeng menm. Sa k pase peyi nou an menm ? M renmen zaboka anpil. Men zaboka Sendomeng yo san gou, yo di e yo gwo. Bèl flè san zodè. Le w goute zaboka sa yo se tankou yo fèt nan laboratwa ak moso papye mouye melanje ak bè kizin enferyè.

Jodi a gen yon zanmi ki mande m nan ki mwa m fèt. Mwen di l mwen pa fèt nan mwa e ke se nan epòk mwen fèt. Li replike pou l di m kijan se nan epòk mwen fèt la. Mwen repete pou li m pa fèt nan mwa, mwen fèt nan epòk…..epòk zaboka. Donk se yon fason pou m te montre zanmi an jan m renmen zaboka. Anfèt se laverite, paske lè m te konn al pase vakans kay grann mwen andeyò nan epòk zaboka an ete, se konm si m te refèt ankò chak fwa.

Vwala kounye a m ap viv nan yon epòk kote se zaboka enpòte soti Sendomeng ki anvayi peyi m nan. Tris pou Ayiti.

Si bon zaboka nou yo te konn fè m santi m fenk fèt e ke m ap viv bèl vi lè m te timoun, pandan m granmoun nan la vye zaboka dominiken ki anvayi Ayiti yo, fè m santi m ap mouri.


BO LAKAY 06

BO LAKAY 03


BO LAKAY 02


BO LAKAY 01

BO LAKAY 12

BO LAKAY 14


BO LAKAY 13


 

Click on pictures to read the appropriate articles.

GRAPEVINE 01


GRAPEVINE 05

GRAPEVINE 02

One comment

Comments are closed.